Actualités

Partager sur :

Le travail de l’homme est une bénédiction (Genèse 1)

18 juillet 2018 Eclairages spirituels
Vue 90 fois

Le travail de l’homme est une bénédiction. Le verset 28 combine cinq verbes à l’impératif : « Fructifiez et multipliez et remplissez la terre et soumettez-la ! Dominez sur… » Cette suite de commandement va être, dans l’histoire sainte, l’archétype des bénédictions. C’est ainsi que seront bénis Abraham et Jacob.

Les bénédictions vont crescendo : le premier verbe « fructifiez » rappelle le fruit des arbres mentionnés le troisième jour1. Le deuxième et le troisième verbes « multipliez et remplissez » sont déjà apparus à propos des poissons et des oiseaux le cinquième jour2. La bénédiction et le commandement « soyez féconds, multipliez et emplissez… »3 sont commun à l’homme et les animaux des mers et du ciel. Mais pour l’homme, Dieu dit et fait davantage : Il s’adresse explicitement à l’homme et à la femme : « Dieu les bénit, il leur dit :…»4 Le pronom personnel ne figurait pas pour les animaux. Il leur adresse sa bénédiction, en modifiant et amplifiant sa parole. Il leur demande en effet de soumettre la terre et de dominer sur les poissons de la mer, les oiseaux du ciel et tous les animaux qui rampent sur la terre. Ces deux actions supplémentaires (soumettre et dominer) étaient déjà annoncées plus haut, dans le plan du Seigneur pour la création de l’homme : « faisons l’homme à notre image, comme notre ressemblance, pour qu’ils dominent »; dès lors, il est légitime de lier l’idée de ressemblance à obtenir, et la tâche de soumettre et dominer.

La domination de Dieu n’est pas despotique.

La domination dont il est question ici est celle de Dieu. Elle n’est pas despotique. C’est celle des Psaumes. Ainsi dans le psaume 72, à propos du messie, la force du verbe « dominer » est associé non à l’idée de domination autoritaire, mais à celle de juste gouvernement : « Qu’il gouverne ton peuple avec justice, et tes humbles selon le droit5 ». Parfois, le verbe « dominer » est utilisé pour qualifier le rôle du berger6 qui, dans le Proche-Orient ancien, est une image standard pour désigner le roi. Ce Roi de l’univers n’est autre que Dieu lui-même à l’image duquel l’homme a été créé.

La royauté de l’homme sur la création consiste à exercer son intelligence et ses talents pour faire surgir de la terre un produit.

La royauté de l’homme sur la création consiste non pas à savourer une sorte de « farniente » dans le jardin d’Eden, mais à exercer son intelligence et ses talents pour faire surgir de la terre un produit. En ce sens, le troisième verbe de la bénédiction « Remplissez » est un commandement plus ample que « fructifiez et multipliez ». Dieu laisse le soin de cette réalisation à l’homme. Il préfère ne pas « remplir » et laisse à l’homme le soin de le faire. C’est un peu comme si Dieu avait mis un peu d’eau dans une cruche en laissant à l’homme le soin de la compléter.7

Source : Cahier La dignité de l’homme au coeur de l’entreprise

 
  1. Gn 1, 11 
  2. Gn 1, 22 
  3. Gn 1, 22 et Gn 1, 28 
  4. Gn 1, 28 
  5. Dans certains cas, le verbe veut dire seulement régner : cf. 1 R 5, 4 : « Car il (Salomon) dominait sur toute la Transeuphratène – depuis Thapsaque jusqu’à Gaza sur tous les rois de Transeuphratène – et il avait la paix sur toutes ses frontières alentour. » 
  6. Ainsi dans Ezéchiel 34,4, le Seigneur condamne le mauvais berger : « Vous n’avez pas fortifié les bêtes débiles, vous n’avez pas guéri la malade, vous n’avez pas fait de bandage à celle qui avait une patte cassée, vous n’avez pas ramené celle qui s’écartait, vous n’avez pas recherché celle qui était perdue, mais vous avez exercé votre autorité par la violence et l’oppression ». 
  7. C’est bien le sens du verbe , comme on le voit dans 1 R 18, 34, à propos d’Élie : « Emplissez quatre jarres d’eau et versez-les sur l’holocauste et sur le bois. » 



1
J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.