Presse et communication digitale

Partager sur :

Les spécificités de la pensée protestante

15 février 2024 Repères chrétiens
Vue 61 fois

La Réforme du XVIème siècle s’est articulée sur un certain nombre de principes (les Soli), dont les suivants servent notre propos.

  • Le principe de « l’Écriture seule » (et comprise dans la lecture active des deux testaments) accompagné de celui du devoir de sans cesse en actualiser l’interprétation à la lumière des découvertes scientifiques et de l’évolution du monde. Il dit que la parole de l’Église n’est pas première et doit toujours vérifier sa pertinence au regard de la Bible.
    Cela implique un travail permanent à la fois exégétique et de remise en cause si nécessaire. Et ce travail se fait à tous les niveaux : personnel, paroissial, instances dirigeantes.
  • Celui du salut par la foi seule, accompagné indissociablement de celui de la grâce seule, apporte au croyant une libération par l’Évangile. Cela a conduit au principe de liberté indissociable de la responsabilité au niveau individuel et collectif si cher aux protestants.
  • La notion protestante du sacerdoce universel dit qu’il n’y a pas de différence entre les ministères laïcs et ordonnés. Ainsi il n’est aucun geste pastoral qui ne puisse être accompli par un non-pasteur, homme ou femme, que ce soit dans la célébration complète du culte dominical ou l’administration des sacrements. Tous les sujets débattus dans les commissions et dans les synodes (ces derniers étant les organes de décision des églises protestantes) le sont avec une égalité systématique entre le nombre de pasteurs et de non-pasteurs, même si le sujet traite de liturgie, voire de l’évolution du ministère pastoral. De plus, dans chaque église locale, au moment des votes sur les questions diverses, le pasteur n’a qu’une voix. Ceci peut surprendre mais fonctionne bien car les protestants ont la culture du débat. On prend le temps qu’il faut pour écouter les arguments de chacun sans les juger, les débattre et enfin arriver à un consensus largement majoritaire. Les questions trop tranchées sont en général considérées comme pas assez mûres et on se donne le temps de la réflexion, dans la foi que l’Esprit Saint est au cœur des échanges.
  • Ce temps du débat est très important car il crée la solidarité dans les décisions prises. Le risque de l’individualisme dans la liberté du croyant seul devant Dieu, devant son interprétation du texte biblique non cadrée par un magistère, se trouve compensé en permanence par le partage et le débat à tous les niveaux et sur tous les sujets.
  • C’est ce qui fait qu’un grand nombre de chrétiens protestants, dans leur diversité, aiment se caractériser comme « libres, responsables et solidaires ». Bien sûr, cela n’est pas une caractéristique des protestants seulement, mais ces trois termes, pris de façon indissociable, sont un fondement de la sociologie protestante et ont une implication sur leur façon d’être dans toutes les dimensions de leur vie, y compris dans le cadre de l’entreprise.

Source : Cahier des EDC La solidarité en entreprise




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.