Actualités

Partager sur :

L'échelle de la participation de Sherry Arnstein

31 janvier 2019 Repères chrétiens
Vue 96 fois

Cette échelle est utilisée pour évaluer le niveau de participation des citoyens à la vie publique. Elle est ici adaptée au monde de l’entreprise et peut inspirer un manager qui souhaite développer la subsidiarité au sein de ses équipes.

Pouvoir effectif

  • Contrôle autonome : une équipe ou une direction gère de manière autonome son activité.
  • Délégation : le pouvoir central délègue à une entité la responsabilité et les pouvoirs correspondants pour réaliser le projet.
  • Partenariat : la prise de décision se fait au travers d’une négociation entre la direction et les collaborateurs

Coopération

  • Conciliation : quelques collaborateurs sont admis dans les organes de décision et peuvent avoir une influence sur la réalisation des projets.
  • Consultation : des enquêtes ou des groupes de travail permettent aux collaborateurs d’exprimer leur opinion sur les changements prévus.
  • Information : les collaborateurs reçoivent une vraie information sur les projets en cours, mais ne peuvent donner leur avis.

Non-participation

  • Décoration : les collaborateurs sont invités à traiter un certain nombre de problèmes annexes. Les vrais enjeux ne sont pas abordés.
  • Manipulation : Les processus mis en place leur donnent l’illusion qu’ils sont impliqués dans le processus. Mais en fait, les informations sont biaisées pour les inciter à agir.

Source : Cahier des EDC Le principe de participation




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.