Actualités

Crédit: (c) Corinne Simon - EDC
Partager sur :

Assises nationales des EDC 2024 : 2600 participants réunis pour réenchanter le travail !

02 avril 2024 Actu nationale
Vue 1019 fois

Tous réunis fraternellement à Bordeaux du 15 au 17 mars derniers, nous avons pu partager nos visions sur le travail en nous inspirant d’interventions exceptionnelles d’entrepreneurs et dirigeants de multiples secteurs, d’économistes, de théologiens... Chemin de développement humain, le travail est au cœur d’une entreprise qui fait aujourd’hui face à plusieurs crises et défis majeurs. Les entrepreneurs et dirigeants chrétiens se réinventent pour le bien commun. Plus que jamais.

Travail ou époque désenchanté(e)  ?

La crise du travail n’est-elle pas surtout symptomatique d’une crise historique plus large, multiple qui touche notre société : crise économique, écologique, des institutions, guerres ?...

Le désenchantement du travail ne provient-il pas avant tout d’une vision fataliste et catastrophiste d’une société qui se croit incapable de sortir de ces crises ? Et qui peine à croire…

La perte de spiritualité, de sens et de collectif, en cause ?

Pierre-Yves Gomez (économiste) remet la problématique en perspective avec l’histoire économique et interroge : 

Après l’utopie marxiste, le modèle libéral focalisé sur la production de profits et de richesses a montré ses limites pour motiver et sauvegarder la création.  Puis, ajoute Fabrice Hadjadj (philosophe), à trop vouloir répondre à des demandes d’épanouissement au travail, légitimes mais individuelles, l’entrepreneur n’a -t-il pas négligé d’entretenir le collectif, l’esprit d’équipe qui font la fraternité et la joie de travailler ? Enfin, les nouvelles technologies ont divisé le monde en sphères individuelles ces toutes dernières années, précise Caroline Bauer (théologienne).

A l’opposé, dans cette époque aux défis multiples, la recherche du bien commun dans l’entreprise peut permettre à toutes ses parties prenantes de prendre part à un projet et de s’y épanouir. Encore faut-il accepter de changer de modèle d’entreprise, se convertir, embarquer ses équipes ! Y compris au moment de la succession comme l’explique Michel Sarrat, président de GT Solutions. « Le changement de DG peut être un non-événement si en amont on a bien pris en compte les autres parties prenantes (le nouveau DG mais aussi les actionnaires et les salariés). Dans mon entreprise on a formé les actionnaires et pratiqué la subsidiarité avec les salariés pour mettre en place une bonne gouvernance ».

Pourtant les défis mobilisateurs et la jeunesse sont là !

Cette jeunesse qu’on dit désabusée et infidèle est peut-être surtout en attente d’un sens qu’elle ne trouve plus dans les modèles passés et pas encore dans la plupart des entreprises aujourd’hui. 

 

« Elle a soif et attend » dit le Général Pierre de Villiers (ancien chef d’état-major des armées). « il faut savoir répondre à ses attentes ». Elle est prête à s’engager.

 

Pourtant tous les entrepreneurs ne s’emparent pas de la question écologique, par exemple, « à un moment pourtant historique » souligne Pierre Yves Gomez.

 

 

Et Armelle du Peloux (co-fondatrice de la Convention des Entreprises pour le Climat) poursuit « il faut qu’on intègre que la crise du vivant est une catastrophe et qu’on ne peut célébrer la vie sans y faire face »

 

« Face à cette catastrophe, l’entrepreneur doit trouver des solutions, c’est le problème fondamental de notre siècle ! Mon entreprise réduit considérablement les déchets, il faut répliquer çà dans tous les secteurs ; nous sommes désormais dans un monde à ressources finies… explique Nicolas Cruaud, président de Néolithe.

Les entrepreneurs ont plus que jamais un rôle à jouer pour attirer et enthousiasmer autour d’un projet. La motivation dans l’entreprise peut être proportionnelle à un enjeu de taille : bâtir un nouveau monde économique !

 

« Il faut contribuer à quelque chose de grand » alerte Pierre Yves Gomez. Et n’oublions pas que « France rime avec espérance » lance le Général Pierre de Villiers.

Un moment exceptionnel de partages, de réflexions, de louanges et de prières, encouragé par le Pape François

Le Pape François a adressé à notre mouvement ses encouragements et son espoir  pour que « cette rencontre permette de renforcer le dialogue entre les acteurs du monde du travail et soit  l’occasion d’échanges authentiques…afin de contribuer à la construction d’un monde plus juste et plus solidaire ».

 

« Toute crise est une opportunité, un appel à changer nos manières de faire et de voir, une occasion offerte de construire ensemble un avenir meilleur… de faire grandir une culture entrepreneuriale authentiquement chrétienne qui ne cesse de rechercher et de construire concrètement le Bien commun ».

« on en sort enrichi, grandi, çà donne une ouverture d’esprit, çà permet de réfléchir, de se remettre en cause », « c’est un moment pour se faire du bien, un investissement pour soi-même », témoignent des participants interrogés sur place.

Revivre les assises et prolonger son expérience, c’est possible ! 

Plus de 40 interventions en ateliers plénières : des témoignages, des échanges, des conférences… autant de moments que nous vous proposons de retrouver ou de découvrir, en vidéo, régulièrement au long de ces prochaines semaines : 

Partagez nos publications Linkedin & X sur vos comptes !




6
J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.