Presse et communication digitale

Partager sur :

Présentation et analyse d’ Oeconomicae et pecuniariae quaestiones par Pierre de Lauzun

Vue 81 fois

Présentation et analyse d’ Oeconomicae et pecuniariae quaestiones par Pierre de Lauzun, président de la Commission Ethique financière des EDC.

Voilà un texte majeur, à retrouver ici sur le site du Vatican, inédit dans la longue histoire de la Doctrine sociale. Les questions financières ont été déjà abordées par le magistère, mais de façon succincte. Cette fois nous avons un texte de fond consacré à ce seul sujet. Il puise aux fondements de la Doctrine sociale. L’Eglise propose une idée de l’homme que le non croyant peut assumer : l’être humain comme être de relations. L’économie est alors réinsérée dans le tissu des relations humaines et subordonnée au développement des personnes. L’ignorer est source d’inégalités et d’exclusion.

Importance centrale de l’éthique et besoin de régulation

Deux thèmes essentiels sont l’importance centrale de l’éthique et le besoin de régulation. Mais ce n’est pas le marché comme tel qui est en cause. Les marchés sont fondés sur la liberté humaine. Mais par eux-mêmes ils ne peuvent produire les qualités humaines et éthiques dont ils ont besoin, ni corriger leurs effets nuisibles. D’où, outre l’éthique des acteurs, le besoin impératif d’une régulation, pas pour aller contre leur rôle naturel, mais pour assurer leur bon fonctionnement.

Le texte Oeconomicae et pecuniariae quaestiones souligne l’inégalité entre le système financier et les clients, aggravée par la complexité des produits.

Parmi les multiples questions évoquées, le texte souligne l’inégalité entre le système financier et les clients, aggravée par la complexité des produits. Et il conclut à l’exigence d’une homologation par les autorités de tous les produits issus de l’innovation financière. Il conclut enfin en insistant sur le rôle de chacun dans l’offre et la demande de biens, comme consommateur et comme investisseur.  Notamment pour orienter l’épargne personnelle « vers des entreprises qui fonctionnent selon des critères clairs, inspirés d’une éthique respectueuse de tout l’homme et de tous les hommes, sur l’horizon de la responsabilité sociale ». La balle est dans notre camp.

Retrouvez l’article de Pierre de Lauzun président de la Commission Economie et finance éthiques des EDC sur Aleteia:

https://fr.aleteia.org/2018/05/21/oeconomicae-et-pecuniariae-quaestiones-un-texte-incisif-mais-equilibre/






J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.