Actualités

Partager sur :

En EHPAD, les résidents avant tout !

01 novembre 2023 Paroles de dirigeants
Vue 47 fois

"Je travaillais initialement dans un Ehpad appartenant à un groupe
privé lucratif familial, dans lequel on ne rencontrait pas de difficultés particulières. Certes, j’avais des budgets à tenir, mais j’avais une certaine liberté
d’action et des marges de manœuvre pour diriger la structure. L’établissement a été racheté par un groupe plus important, en décembre 2021, et les choses ont changé, avec de plus fortes contraintes financières.

 

On nous a imposé un coût maximum de quatre euros par résident et par jour pour l’ensemble des repas. De même, on nous a imposé de commander les denrées alimentaires directement sur une plate-forme à Rungis, sans pouvoir avoir de surnuméraire. Nous avions un logiciel sur lequel on entrait le nombre de résidents présents, et cela calculait au gramme près ce que l’on pouvait commander, en fonction du menu affiché, sans surnuméraire possible. Conséquence : il est arrivé que des résidents se retrouvent sans viande dans leur assiette, du fait de ce calcul alambiqué !

 

Quand on ne peut pas offrir un repas décent à des personnes âgées qui paient
4 000 euros par mois, je trouve cela scandaleux. On nous a aussi ajouté des
tâches administratives qui étaient auparavant gérées par le siège, comme la
comptabilité et la facturation… La direction générale du groupe a ensuite donné pour consigne de ne pas remplacer le personnel absent, même dans les équipes de soins, ce qui a créé des tensions et du mal-être chez les salariés.

 

Cette recherche de profit à outrance afin de satisfaire les investisseurs – au
détriment des personnes âgées résidentes et du personnel – a engendré un
conf lit entre mes valeurs et ce qu’on m’imposait. J’ai préféré partir, car je n’avais que très peu de marge de
manœuvre. Heureusement, dans d’autres groupes, même dans le secteur privé lucratif, les choses ne se passent pas comme cela. Je pense que l’économie de marché peut s’appliquer au secteur de l’accueil des personnes âgées dépendantes, mais tout dépend de la volonté de la direction. Et surtout, il faudrait que les bénéfices soient avant tout réinvestis dans les établissements pour améliorer les conditions de vie des résidents.

 

Un témoignage d'Isabelle, membre EDC et directrice d'EHPAD. Paru dans la revue Dirigeants chrétiens n°120.




J'aime

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.