Témoignage d'un membre des EDC

Douze pionniers pour la première équipe EDC du Vietnam

Publié le 06/09/2016

DC79_couv

Hô-Chi-Minh-Ville compte 13 millions d’habitants. L’ancienne Saïgon est le poumon économique du Vietnam. Charles, dirigeant d’une boulangerie industrielle, vient d’y fonder une équipe des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens (EDC). La première du pays.

Avec l’entreprise Bánh Vàng (« Pain doré» en vietnamien), il est désormais possible de déguster sa baguette à Saïgon ! Après une expérience dans la conduite de projets internationaux, Charles a créé une boulangerie industrielle et dirige des salariés vietnamiens. Bánh Vàng a rapidement trouvé sa place sur un marché local au potentiel de développement important, urbanisation et hausse du niveau de vie aidant.

Projet ficelé et fonds levés, cet entrepreneur a quitté la France en 2014 avec femme et enfants, pour monter son entreprise. Être patron dans un univers culturel très éloigné du sien n’est pas toujours une sinécure. Charles a rapidement éprouvé le besoin de retrouver des pairs pour « souffler un peu », partager ses expériences, confronter réussites et difficultés à la lumière de la pensée sociale chrétienne.

Après avoir quitté la France et dû abandonner les activités associatives qu’il y menait, il s’est engagé avec son épouse à la paroisse française et souhaitait également constituer une équipe EDC. « J’ai toujours fait une place importante à mes engagements paroissiaux et associatifs. En tant que dirigeant, c’est pour moi indispensable de ne pas rester seul. Et dans un contexte culturel où il est facile de commettre des impairs voire des “ratés monumentaux”, il est bon de pouvoir partager entre dirigeants chrétiens français nos problématiques, nos enjeux et nos difficultés. »

200 personnes dans la communauté catholique francophone de Hô-Chi-Minh-Ville

La communauté catholique française de Hô-Chi-Minh-Ville compte environ 200 personnes. « On se censure soi-même alors qu’il suffit de proposer ! » assure Charles dont le souhait de créer une équipe EDC a rapidement rencontré l’enthousiasme de onze dirigeants de secteurs différents (pharmacie, transports maritimes, café…). D’une moyenne d’âge de 45 ans, presque tous habitent dans le même quartier, à mi-chemin entre le centre où sont les sièges d’entreprises et le lycée français.

Le Vietnam compte encore peu de femmes dirigeantes, et le turnover structurel des expatriés est évalué à 30%. Néanmoins, une partie de ces entrepreneurs sont en République socialiste du Vietnam pour leurs propres affaires et entendent s’y établir pour longtemps. C’est le cas de Charles qui prépare déjà avec enthousiasme sa première réunion d’équipe EDC pour septembre prochain.

Cécile Labrousse