Dossier revue

Revue Dirigeants chrétiens n° 85 – La dignité au travail

Publié le 29/08/2017

La dignité au travail

« Que veut dire le mot « digne » lorsqu’il est appliqué au travail ? » interroge Benoît XVI dans Caritas in Veritate. C’est un travail qui est « l’expression de la dignité essentielle de tout homme et de toute femme », répond-il. Dans ce dossier, des entrepreneurs et dirigeants témoignent de la manière dont ils œuvrent, au sein de leur entreprise, à ce que le but de tout travail, le plus humble soit-il, reste l’homme lui-même. Ce qui apparaît comme un défi dans un contexte économique tendu peut se révéler, au contraire, très fructueux.

 


Entretien croisé

Le défi de la dignité

Imposer un travail qui ne soit pas pleinement digne revient à bafouer la dignité inaliénable de l’homme créée « à l’image de Dieu ». Car travailler est un bien de l’homme, qui permet de d’éveiller ce dernier à la conscience de sa propre dignité.

Entretien croisé entre Jean-Baptiste de Foucauld, ancien commissaire au Plan, ancien président de Solidarités Nouvelles face au Chômage, président de Démocratie et Spiritualité, coordinateur du Pacte civique et Patrick Dolisie, ancien directeur général d’ISS France, DG de Cleancost, membre de l’équipe EDC de Paris-Auteuil.

 

Témoignage

L’intelligence de la main, je la côtoie tous les jours !

« Est-ce respecter la dignité des jeunes de les embarquer coûte que coûte dans des secteurs qui ne recrutent pas ? Aujourd’hui, en France, le travail manuel est si dévalorisé qu’on est parfois amené à recruter à l’étranger. Et pourtant, quelle noblesse dans le travail de la matière et dans l’apprentissage qui crée des liens si forts entre maître et apprenant ! Je repense à ce jeune garçon à qui j’avais appris les divisions en lui faisant manipuler les noix de mon jardin. Cet autre dont j’avais rencontré les parents pour être médiateur entre eux et lui. Si l’on parle peu sur les chantiers, on a en revanche une manière d’être au travail qui crée des liens extrêmement riches et aide à surmonter difficultés et fatigue. L’intelligence de la main, je la côtoie tous les jours. On ne peut pas mentir avec la matière : quand le bois, le métal est mal coupé, rien à faire ! Mais le jeune comprend ainsi rapidement l’utilité de sa présence et de sa participation dans l’atelier. Transformer la matière donne indéniablement du sens au travail et de l’épaisseur humaine au travailleur. »

Gilles Lefèvre, patron d’une entreprise familiale de métallerie, menuiserie, serrurerie, aluminium.
Membre de l’équipe EDC Metz.

Propos recueillis par A.W. pour la revue Dirigeants Chrétiens

 

Reportage en entreprise

Respecter la personne et la faire avancer

En Meurthe-et-Moselle, des travailleurs handicapés accompagnés par l’AEIM Adapei 54 occupent des postes dans les cuisines gérées par Sodexo. Fondé sur une vrai rencontre et le partage d’une vision commune, ce partenariat permet aux personnes inadaptées mentales de s’épanouir dans le travail et d’accéder à plus de dignité. Mathieu Ginot, directeur régional de Lorraine de Sodexo et Alexandre Horrach, directeur général de l’AEIM Adapei 54 témoignent de leur partenariat, modèle de société inclusive.

 

Relecture théologique

Promouvoir la dignité est œuvre de sagesse

(…) On ne pensera pas la dignité et on ne la mettra pas en œuvre au travail simplement par une réflexion statique et notionnelle. Il y faudra une réflexion interactive et systémique (Morin) qui articule les exigences de la vie biologique (le corps), la vie sociale et ses normes et la morale personnelle porteuse d’un souci d’universalité et donc de transcendance.
L’un des plus beaux exemples n’est-il pas Salomon, tout jeune roi qui demande au Seigneur (1 Rois 3) « un coeur attentif pour qu’il sache gouverner ton peuple et discerner le bien et le mal »… « un cœur intelligent et sage » ?

Père Yves Gérard, conseiller spirituel de la région EDC Lorraine-Champagne-Ardenne