Ressourcement

Le dirigeant chrétien, artisan du bien commun

Comment le bien commun peut-il inspirer l’action des dirigeants chrétiens ?

Présentation

Pour la pensée sociale chrétienne, le bien commun est la finalité ultime de l’agir politique. Dans sa définition classique, bien commun signifie « l’ensemble des conditions sociales permettant à la personne d’atteindre mieux et plus facilement son plein épanouissement ». Selon Benoît XVI, « C’est le bien du ‘’nous-tous’’, constitué d’individus, de familles et de groupes intermédiaires qui forment une communauté sociale. Ce n’est pas un bien recherché pour lui-même, mais pour les personnes qui font partie de la communauté sociale et qui, en elle seule, peuvent arriver réellement et plus efficacement à leur bien ».

Distinct de l’intérêt général, le bien commun n’est pas d’abord de nature matérielle, mais morale et spirituelle, et ne peut être visé que dans un réseau d’interdépendances sociales structurées par des règles de justice. Dans ce contexte, le pouvoir des dirigeants se justifie par la nécessité de poser un cadre de contrainte raisonnable qui doit permettre à tous les membres de la communauté politique, quelles que soient leurs conditions, de poursuivre les finalités et les choix de vie qui leurs sont propres, en harmonie avec tous les autres.

Si toute communauté politique tire donc sa pleine justification de la réalisation du bien commun, que dire des entreprises ? Le principe du bien commun y est-il applicable ? Est-il un idéal hors d’atteinte, voire un obstacle à l’obtention de bons résultats économiques ? Comment peut-il être mis en oeuvre par les dirigeants chrétiens, en tant que responsables de communautés de personnes au travail ? Sur quelles conditions sociales leur faudrait-il agir ? Quels sont les enjeux, les obstacles et les opportunités ?

Programme

14 octobre 2016 : Université d’automne des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens ( EDC ), Paris (75), France.

 

 

Organisation type

  • Approche pédagogique basée sur des apports de connaissances tirées de la pensée sociale chrétienne, le partage d’expériences et des analyses de cas concrets.
  • Approfondissement du principe du bien commun (origines théologiques, spirituelles et philosophiques)
  • Les obstacles au bien commun (effets pervers des structures qui incitent à « perdre son âme pour gagner sa vie »)
  • La raison d’être des entreprises laisse-t-elle une place au bien commun ?
  • Quelles conséquences pour l’exercice du gouvernement d’entreprise ?
  • Là où le dirigeant chrétien peut agir, dans quels domaines déployer une politique d’entreprise appropriée ?
    • la confiance
    • la coopération
    • la mise en valeur des talents
    • les problématiques de création et de suppression d’emplois
    • la reconnaissance
    • la répartition des richesses créées
  • Quelles modalités d’application possibles ?
  • Quel avenir pour un leadership vertueux ?
  • Quelle fécondité en attendre ?

 

Modalité

Journée, idéalement du vendredi 14h00 au samedi 14h00

Intervenant

  • Nicolas Jeanson :

Membre des EDC, Prix Olivier Lecerf 2014, il a exercé des responsabilités de DRH et de sites industriels dans l’automobile avant de devenir consultant en management et accompagnement de projet.

 

Témoignage

14 octobre 2016 : Université d’automne des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens ( EDC ), Paris (75), France.

 

Cette formation me semble tout à fait répondre à la vocation des EDC qui est d’aider les entrepreneurs et les dirigeants sur un chemin d’unité de vie. Le bien commun, c’est l’ensemble des conditions qui permettent aux individus et au groupe d’atteindre leur perfection. Mieux comprendre ce que c’est nous aide dans notre démarche : être plus cohérent entre notre pensée et notre action, entre ce que l’on fait le dimanche et le reste de la semaine, entre ce que l’on se dit au sein de l’équipe et ce que l’on vit en entreprise. La formation fait partie de ce qui nourrit cette démarche. Et comme nous sommes pauvrement et terriblement imparfaits, elle nous propose un chemin pour nous faire grandir.

La formation a un double aspect très intéressant. D’une part, elle nous a permis d’éclairer le sens des mots, notamment à travers des images puissantes comme celle de l’arbre qui plonge ses racines dans le terreau du bien commun et qui porte les fruits de l’action. C’est une bonne occasion d’éclaircir des notions comme la différence entre le bien commun et l’intérêt général. D’autre part, elle a inclus un partage d’expérience et une réflexion personnelle : « Et moi, où est-ce que j’en suis ? Qu’est-ce que le bien commun change concrètement dans mon existence ? » Cette formation s’inscrit à la fois dans la réflexion et l’action afin que le bien commun soit vraiment incarné.

Louis Dugas, DC n°81 Décembre 2016

 

Formation réservé aux membres EDC. Dates et inscription sur l’espace membre : 

Bouton inscription