Actualité des EDC

Témoignages de participants aux Assises Nationales du Havre et membre EDC Poitou-Charentes-Limousin

Publié le 04/04/2022

Témoignage de participants aux Assises Nationales du Havre : Yann Dugenet (équipe EDC Charente Marthe Robin) et Loïc Pelletier (équipe EDC Saintes Saint Eutrope)

Nous écoutons ce mois-ci Yann et Loïc : tous les deux sont venus aux Assises Nationales du Havre pour témoigner de ce qu’ils y ont vécu :

Yann, ces Assises ont-elles pu renforcer l’équipe ? Notre équipe Marthe Robin Angoulême Cognac, avait retenu les dates depuis des mois et nous avions décidé de faire route ensemble, sans savoir que ce temps des Assises allaient aussi être un temps fort pour notre équipe. Jeudi après-midi, sur la route cela a permis de pouvoir échanger ensemble, et mieux nous connaître certainement. Temps de joie partagé, le jeudi soir, dans un restaurant du Havre.
Chacun des membres de notre équipe a participé à des ateliers différents parmi ceux qui étaient proposés, et les échanges ultérieurs, entre nous, ont permis ainsi d’avoir connaissances des réflexions et de pouvoir ainsi alimenter les réflexions sur les différents sujets.

Yann, comment ont démarré ces Assises ? Dès le vendredi matin nous avons été happés par les interventions qui ont mis en évidence les grandes attentes de notre monde.

Loïc, peux-tu nous partager un étonnement vécu pendant les Assises ? Je relève le simple étonnement de Geoffroy Roux de Bézieux qui n’avait jamais vu 1800 personnes réunies pendant 3 jours pour réfléchir, prier, chanter. Aucun autre mouvement patronal ne peut en faire autant.
Rendons donc grâce pour ce souffle de l’Esprit qui produit ce Rassemblement à la gloire de Dieu.

Yann, quelles rencontres as-tu pu faire ? Nous étions sans doute 1800 participants, et au cours des pauses, des déjeuners, des dîners (dont celui en famille), nous avons pu rencontrer la richesse du témoignage d’autres membres comme nous ; revoir des visages familiers de nos régions ou d’autres régions, sans compter le national et les participants des commissions. Quelle joie de se retrouver !

Loïc, quelles traces gardes-tu au fond de toi ? Une première est diluée mais tenace, c’est la teinture de l’amitié spontanée entre participants, du débat intense et spontané ; avec cette belle idée d’écrire, sur une carte postale, ses ressentis et mettre cette carte dans une corbeille, tout en y piochant une autre. On garde ainsi l’intime ressenti, le cœur à cœur avec un inconnu à qui on peut s’adresser. Belle expérience.
Une seconde, l’heure de méditation avec le père Christian Maheas, curé de Belleville et passé par plusieurs années de vie dans une communauté de handicapés mentaux au Burkina : « Ce qui est folie pour les Hommes est sagesse pour Dieu ». Entendre le cri des hommes et quel regard nous portons sur ce monde imparfait. Avec cette question originelle comme le péché, mais qui interpelle et aide à sauver : « Adam, où es-tu ? J’ai entendu tes pas dans le jardin et j’ai eu peur car je suis nu ». Restons sur ces interrogations puissantes car elles sont à la source de nos comportements, tant de nos peurs que de nos engagements. C’est de ce regard confiant et attentif de Dieu sur chacun de nous, et chacun de nos actes, que nous tirons les éléments de Vérité dans nos relations. Dans l’euphorie des Assises, comme dans la banalité du quotidien de nos affaires. Ce dialogue entre Dieu et Adam me renvoie à l’introduction d’Edouard Philippe qui citait Péguy « Pire que le péché, la sagesse en déroute ». Encore faut-il savoir de quelle sagesse parle-t-on ? Celle des Hommes ou celle de Dieu ? Comment savoir ?

Loïc, parles-nous du discernement ? J’enchaîne donc avec un moment fort sur le discernement ignatien, vécu par deux entrepreneurs, dont un dans le bâtiment. Pour discerner, d’abord identifier soigneusement les « pour » et les « contre », puis indiquer ses propres préférences avant, enfin, de décider en libre-arbitre entre des choix qui devraient être quasi neutres pour nous. Toute la sagesse de St-Ignace appliquée à savoir si j’embauche ce matin au black un immigré afghan sans papier, au risque de devoir expliquer ce choix délibéré à un inspecteur du travail déboulé par hasard… L’Esprit a fait qu’il y a eu un dialogue fécond entre les deux. Rassurons-nous, un tel discernement peut se faire en 1 minute, comme nécessite plusieurs années ! C-G. Jung disait : « ce n’est pas en regardant la lumière qu’on devient lumineux mais en plongeant dans son obscurité. Mais ce travail est souvent désagréable donc impopulaire. » Rien que ça à ruminer, deux ans de travail… Merci à Pierre et à Olivier pour leur témoignage en atelier.

Loïc, arrive-t-on à voir l’œuvre de l’Esprit Saint dans nos vies ? Je reste toujours scotché par ces raccourcis à la vitesse de l’éclair, entre ce qu’on peut considérer comme de la spéculation spirituelle éthérée et leur application dans le plus concret de notre quotidien. Le souffle de l’Esprit est puissant et va là où il veut ! Et il peut y aller bien plus vite qu’on ne voudrait. Ainsi, elle était étonnante, cette Audrey, entrepreneuse en lunettes lyonnaise (KLS), qui croise Son souffle dans les moments où elle désespère de trouver le bon collaborateur, etc…

Loïc, quelles interrogations restent ? L’Evangile nous raconte nombre de ces moments forts, en présence du Christ « en chair et en os » où le Christ fait des miracles sans que les foules en soient toutes converties. Pourquoi échapperions-nous à cet enlisement du quotidien, « des affaires » ? Serions-nous plus aguerris et moindres pécheurs que les contemporains des apôtres ? La force du collectif EDC peut nous aider chaque jour à nous tourner vers le Seigneur.

Yann, repars-tu avec plus d’énergie ? Nous avons pu prier et chanter ensemble, emportés par l’enthousiasme qui nous unissait. Les débats nous ont permis de vérifier la force de notre mouvement dans ces temps incertains. Les Assises Nationales au Havre ont donc été un grand moment pour notre mouvement et notre équipe. Merci à l’équipe de préparation car tout était parfait.

Loïc, un petit mot de conclusion ? Notre témoignage n’est qu’un bouquet trop étriqué de ce que nous avons pu vivre au Havre, beaucoup de ceux qui y étaient me reprocheront de ne pas avoir évoqué telle ou telle forte expérience ou Parole. Mais cela suffit à nourrir mon Espérance pour annoncer le Royaume pour les 2 ans à venir. En attendant le relais de nos prochaines réunions d’équipe ou d’Assises Régionales, bien sûr !

Yann, un petit mot de conclusion ? Ces journées d’Assises étaient en harmonie avec la Pensée Sociale Chrétienne et en cohérence avec les nouvelles orientations de notre mouvement : vivre la fraternité, rencontrer le Christ, engager ses talents au service du monde.

Photo du bandeau haut : © Corinne Simon