Régions EDC

Retour sur la Retraite de région Pays de Loire à Notre Dame du Chêne- 30-31 janvier

Publié le 04/02/2021

Le dernier week-end de janvier, les membres de la région des Pays de la Loire se sont réunis à Notre Dame du Chêne pour participer à la retraite régionale des EDC, sur le thème de « Prier et entreprendre pour la sauvegarde de la Création. »

 

34 membres se sont réunis à l’Académie pour une Ecologie Intégrale, créée par les frères de Saint-Jean et en réponse à l’appel du pape François dans son encyclique Laudato Si.

En 2015, le pape confiait, aux chrétiens, dans un texte majeur la mission de « sauvegarder la Maison Commune ». Les crise majeures (financières et économiques, écologiques, sociales, sanitaires, éthiques…) traversées par le monde doivent être éclairées à la lumière de l’écologie intégrale. L’occasion pour des entrepreneurs et dirigeants de réfléchir à leur place dans la construction de la maison commune.

Au fil des échanges, les participants ont pu échanger sur des outils pour passer à l’action concrètement dans leurs entreprises. Comme, la boussole, avec les quatre dimensions à prendre en compte dans chaque acte posé : le Nord, la relation à Dieu, l’Ouest, la relation à la Terre, l’Est, la relation aux autres et le Sud, la relation à soi.

Autre outil, la règle des 3R : Renoncer, c’est-à-dire ne pas agrandir son « grenier » à la veille de sa mort ; Réparer, donner une seconde vie aux choses, une deuxième chance aux personnes et enfin Régénérer, comme la Terre se renouvelle, l’homme se forme et l’entreprise s’auto alimente.

Ces outils et ces réflexions ont été très utiles immédiatement pour les membres présents. Comme en témoigne Emmanuel Morel, co-fondateur d’Articonnex : « La mission de mon entreprise est de remettre sur le marché des milliers de tonnes de matériaux de second œuvre du bâtiment, normalement destiné à la benne.  La mise en place de cette économie circulaire et locale évite la venue de matériaux neufs depuis l’autre bout du monde et le gaspillage de matériaux encore propre à l’utilisation. Cette retraite rejoint donc parfaitement les problématiques concrètes de mon activité. »

Autre exemple avec le témoignage de Jean-Claude : « Ma femme et moi avons reçu une somme importante d’argent. Nous n’en avions pas particulièrement besoin, nous avons donc réfléchi à la manière de placer cette épargne dans la suite de Laudato Si : prendre soin des Hommes et de la Terre, car tout est lié. Nous avons donc fait plusieurs parts. Une part pour la Terre avec une participation dans la foncière Terre de Liens. Une part pour l’énergie verte avec une participation dans un parc éolien. Une part pour le logement des démunis avec l’association Habitat et Humanisme. Une part pour la création d’emplois en court d’élaboration et enfin une part pour la prise en charge des personnes âgées également en construction. »

Enfin, Emmanuel Aumonier profite de ce temps de retraite pour confier que Laudato Si et l’appel à construire la Maison Commune a transformé son activité professionnelle. Celle-ci consiste en effet à déléguer ou recruter du personnel et « nous avons pris la décision de privilégier la mise en emploi de personnes dites fragiles avec deux initiatives à destination de réfugiés et de jeunes des cités 93. »

En conclusion, ces deux jours ont permis à tous de prendre conscience du gaspillage, de retrouver une cohérence personnelle et enfin ont incité chacun des membres à donner l’Espérance en chrétien par des gestes, des petits pas plutôt que des paroles.