Lorraine-Champagne-Ardenne

Retour sur les assises régionales des EDC Lorraine – Champagne-Ardenne du 16 mars 2019

Publié le 01/04/2019

Espérer pour entreprendre

 

Les Assises régionales des EDC Lorraine – Champagne-Ardenne, ont eu lieu le 16 mars dernier au Grand Séminaire de Metz, ont permis de réfléchir sur la tension féconde entre les motivations de l’entrepreneur et la vertu chrétienne d’espérance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout au long des interventions, les fondements doctrinaux (Père Fabien Faul) ont été posés. La réflexion ecclésiale (Monseigneur Jean-Pierre Vuillemin) a permis d’ouvrir les perspectives des entreprises humaines aux œuvres divines. La vision protestante à la lumière des béatitudes nous a remis dans la dynamique de l’Écriture Sainte. Enfin, l’expérience croisée de 3 intervenants lors d’une table ronde (Madame Barthélemy, Jean-Philippe Bolle, Damien Ferré) a illustré les différentes manières d’articuler espoirs humains et espérance, humanisme et action animée par la foi.

 

  • Agir en alliance

Le Père Fabien Faul a montré comment le salut de Dieu en Jésus-Christ est une œuvre de transformation du monde dont la victoire finale, certaine et déjà acquise, a besoin d’être visible dans le quotidien. Cette manière de voir la vie comme une œuvre de transformation insère l’action de l’entrepreneur dans un combat contre les contraintes inhérentes à l’action (contraintes humaines, matérielles, économiques…). Espérer pour entreprendre suppose donc d’agir en alliance avec Dieu qui transforme le monde dans le sens du salut. Les signes d’une action en alliance sont discernables par les fruits de l’Esprit, le respect des grands principes de l’enseignement social chrétien.

Espérer pour entreprendre suppose donc aussi de relire l’action de l’entrepreneur dans la perspective du long terme, qui au-delà de la recherche du profit et de l’efficacité, veut établir des relations humaines authentiques.

 

  • L’espérance a Dieu pour objet

Monseigneur Vuillemin nous a donné à méditer l’espérance comme une réalité qui appartient pleinement au domaine de la foi. La victoire du Christ, déjà acquise, reste pourtant encore à être manifestée en nous et dans le monde. Cette tension est pleinement vécue dans le péché et l’apparente victoire du mal qui renvoie le croyant au mystère de la Croix. Ainsi, l’espérance permet de vivre la crise, la fragilité ou l’échec comme une chance, dans l’œuvre de Dieu qui nous dépasse. Ce qui est particulièrement vrai en ce moment dans la tempête que vit l’Eglise, reste une réalité propre à toute vie et à toute entreprise.

Espérer c’est donc être prêt à fonder un optimisme nécessaire pour entreprendre. En l’élevant au-delà d’une qualité humaine, l’espérance fait de l’optimisme le signe d’une confiance dans la victoire finale du Christ.

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Bienheureux ceux qui espèrent

Le Pasteur Trunck, du Temple Neuf, nous a invité à nous ressourcer à la Parole de Dieu et en particulier au cœur de l’enseignement du Christ, au texte des Béatitudes. Il a décliné l’invitation du Christ à la joie dans la pauvreté d’esprit pour faire advenir l’autre, dans les pleurs face à l’échec pour ouvrir les solutions de l’avenir, dans la douceur acquise sur la violence, dans le manque pour faire advenir la justice, dans le souci de la miséricorde et de la paix. En inspirant le travail de l’entrepreneur, l’enseignement des béatitudes offre d’appréhender toute situation humaine à la lumière de l’Evangile sans offrir de solution toute faite.

 

  • Espérer contre tout espérance

Humanisme ou foi chrétienne, faut-il choisir ? Nous espérons que non, étant donné le drame de l’humanisme athée qui sans son fondement ultime s’oriente vers le néant. Quand bien même cette espérance ne serait qu’un « peut être » pour la relecture d’une vie, ou qu’elle soit une force de témoignage pour les entreprises de chaque jour, l’entrepreneur agit pour un à-venir qui le dépasse. Il reste à chacun à incarner dans sa vie cet « espérer » en entreprenant pour que ce rencontre le futur que nous construisons et l’avenir qui vient à notre rencontre. Celui qui sait qu’il devra rendre des comptes de son action ne peut pas agir comme s’il ne savait pas. Ainsi, ce qui doit advenir enfin a nécessairement une influence réelle sur le quotidien.

A l’issue de cette journée, riche d’échanges et de réflexions, beaucoup sont repartis confortés dans leur mission de « rendre compte de l’espérance qui est en eux ».

 

Martin Roussel +

 

Présentation des assises régionales sur RCF

Les Edc de Moselle (mouvement des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens) organisent les Assises Régionales Lorraine – Champagne – Ardennes à Metz, samedi 16 mars 2019, sur le site du Grand Séminaire. 5 invités présentent les Edc en Moselle et le programme des Assises: Loïc Chomel de Varagnes, Mathieu Ginot, Eric Zell, Mathieu François et Olivier Macaigne.

Interview RCF sur les assises

Les intervenants sont :

  • Loïc Chomel de Varagnes        Président de l’équipe EDC de Metz
  • Mathieu Ginot                           Responsable régionale chez Sodexho
  • Eric Zell                                       Patron du salon de coiffure ZELL rue Paul Bezanson à Metz
  • Mathieu François                      Directeur adjoint infrastructures SNCF
  • Olivier Macaigne                       Directeur société d’investissement Luxproject développement