Ressourcement

Retour de l’équipe de Montrouge sur « Se désarmer devant Dieu »

Publié le 04/02/2020

Les 29 et 30 novembre dernier, l’équipe de Montrouge participait à un temps de ressourcement intitulé  « Se désarmer devant Dieu ». Laurent Caudal, membre de l’équipe, nous livre un récit de ces deux jours.


« Comme chaque année lors du premier week-end du temps de l’Avent, nous nous sommes retrouvés avec les membres de notre équipe de Montrouge pour une retraite de ressourcement et de réflexion sur notre vie de Foi. Cette année, nous avions choisi d’être accueilli au monastère du Sacré-Cœur de Montmartre par les sœurs Bénédictines. Lieu idéal pour vivre un temps d’enseignement, de réflexion, de ressourcement spirituel et de convivialité entre équipiers, nous avons été guidés dans notre cheminement par la théologienne Marie-Christine BERNARD.

Le thème de notre retraite, « se désarmer devant Dieu », nous a permis de revisiter notre rapport intime à Dieu dans la prière, à travers le modèle des exercices spirituels de St Ignace de Loyolas, le Fondateur de l’Ordre des Jésuites.

Quels types de prière existe-t-il ? Comment prier seul ou en groupe ? Quelle place donner à la prière dans ma vie ? Voici les questions abordées tous ensemble.

Sur un ton emprunt d’une grande liberté et d’une grande profondeur théologique, Marie-Christine nous a guidé sur la façon de nouer la meilleure des relations possibles à notre Seigneur dans la prière.

Nous avons particulièrement apprécié le topo sur la manière de prier seul à partir de l’Ecriture : prendre rendez-vous avec le Christ pour un temps donné ; se mettre en sa présence en ayant une attitude corporelle confortable ; lui demander une grâce ; lire le passage de Bible choisi préalablement ; le méditer ; échanger avec le Seigneur et terminer la prière par un Notre Père ou un Je vous salue Marie.

Autre exercice très important pour notre équipe, qui sera repris lors de nos réunions mensuelles : la prière en groupe sous forme de tours de table à partir de l’Ecriture. C’est un excellent moyen de mettre Dieu au centre de nos discussions, de faire ressortir ce qui frappe chacun dans le passage choisi, de s’écouter attentivement de manière accueillante et de faire évoluer les impressions de chacun vers une vision plus large et partagée.

Ces temps de réflexion, de ressourcement et de joies partagées – au son de nos voix lors des repas et en silence lors des offices – auront été une merveilleuse respiration nous permettant de continuer notre cheminement en équipe en vue des Assises de Montpellier ! »