Eclairage de dirigeants

La gestion de la crise du Covid-19 à Hong-Kong

Publié le 27/04/2020

De par notre proximité géographique avec la Chine avec 65% du flux migratoire et plus de 80% du PIB provenant de notre géant voisin, Hong Kong fut évidemment l’un des pays les premiers touchés par cette crise du Covid-19.

Après une année 2019 complexe politiquement et socialement, les nouvelles en provenance de Wuhan et l’annonce des premiers cas a Hong Kong le 23 janvier, puis de la fermeture des écoles début février a sonné pour beaucoup comme une nouvelle plaie d’Égypte.

Les communautés d’expatriés connurent alors une importante vague de retours au pays, voire de scolarisation temporaire en France mais aussi à Londres ou à Bruxelles. Il s’agissait souvent d’un des conjoints avec des enfants jeunes plus compliqués à gérer dans des appartements pas nécessairement conçus pour accueillir une famille entière en télétravail et télé-école. Mais avec le recul, Hong Kong paraît aujourd’hui la ville presque idéale pour passer le cap de cette crise et la plupart de ces familles sont revenues ici. Au 20 avril, on ne déplorait que 1020 cas et seulement 4 morts dans l’une des capitales les plus densément peuplées au monde.

L’épisode du SRAS en 2003-2004 avait en effet appris aux hong-kongais une leçon mémorable et les masques qui fleurirent au visage de la plupart des locaux début février alors même que le nombre de cas n’atteignait par la centaine ne furent pas imposés par le gouvernement. Il faut probablement mettre au compte de ce nombre si peu élevé de cas les prises de températures systématiques dans la plupart des bâtiments, le passage très tôt en télétravail et une forme culturelle de distanciation physique des asiatiques mais aussi et très ironiquement les « protests » de 2019 qui avaient fait chuter drastiquement les flux de touristes chinois vers Hong Kong.

L’impact professionnel pour nous EDC varie beaucoup d’un métier à l’autre, le secteur du tourisme restant bien sûr le plus touché.

Les déplacements professionnels sont totalement à l’arrêt et le business est pour beaucoup assez ralenti dès l’instant où les clients ou les centres de production se trouvent dans des pays fortement touchés par le virus. Mais pour autant, la situation reste comparativement très enviable ici. A Hong Kong il n’y a pas de confinement et l’activité, voire la reprise de l’économie locale est palpable, et si il y aura sans doute récession ce ne sera probablement que de 2 à 3%. Le télétravail et l’ambiance de gestion de crise permanente, notamment avec le siège créent aussi un espace propice à la prise de recul et à la réflexion sur les principes de subsidiarité et de bien commun, mais aussi sur l’importance du soutien de nos familles à la fois plus proches avec ces longues heures passées à la maison pour le plaisir de nos enfants et conjoints, et si éloignés avec nos parents et amis pour lesquels nous sommes inquiets dans des régions plus durement touchées et qui semblent si difficiles à rejoindre aujourd’hui. Concluons ces lignes en reconnaissant notre chance et en remerciant le seigneur de nous donner ce temps de discernement. Nos pensées accompagnent en particulier notre camarade Aymeric qui a perdu son père il y a 10 jours.

Addendum : Les rassemblements de plus de 4 personnes etant desormais interdits, nous avons fait notre premiere e-reunion EDCs par zoom il y a deux semaines!