Alsace

Petite impulsion de nos conseillers spirituels ….La grâce de l’imprévu

Publié le 08/02/2021

Il était 17h30, nous finissions tout juste de répéter les chants pour la veillée de Noël qui allait débuter lorsque le supérieur de ma communauté est arrivé, l’air soucieux : « J’ai une mauvaise nouvelle, un des frères est positif. » Heureusement sans grave symptômes ; il s’en remit rapidement. Mais il est vite apparu que l’on devait tout annuler : les vêpres, les vigiles, la messe de minuit. Pas question de célébrer en public. Quant au réveillon entre nous, les frères, il fallait se résoudre à manger chacun dans son coin. Voilà à quoi allait ressembler le soir de Noël dans mon couvent. Un scénario « très 2020 ». L’imprévu, au pire moment, jusqu’au bout. 

Finalement, nous célébrâmes la messe à 22h dans l’église, portes closes, après avoir mangé dans un réfectoire reconfiguré, pour disposer chacun de sa table. On se serait cru dans un antique wagon-restaurant. Service masqué et à l’assiette. Peu avant minuit, nous sommes sortis sur le parvis de notre église, avec un autre frère, à la rencontre des rares fidèles que nous n’avions pas encore réussi à prévenir. Un à un des petits groupes se présentèrent à la porte, à chaque fois la conversation s’engagea, à bonne distance. Heureusement, à la même heure, une autre messe allait débuter dans une église proche. Mais chacun prit le temps de nous adresser une parole de réconfort.

Finalement, alors que nous allions quitter le parvis, un véhicule de l’armée s’arrêta à notre hauteur. Un jeune soldat en sortit, allant à notre rencontre. Nous avions aussi prévenu les forces de l’Ordre de l’annulation de la célébration, mais il venait malgré tout s’enquérir de la situation. « Drôle d’année. Nous sommes mobilisés depuis un bon bout de temps, nous aimerions chacun retrouver nos familles. » Nous prîmes finalement congé du soldat, après s’être chaleureusement souhaité nos vœux les meilleurs pour l’année nouvelle.

Au milieu d’une nuit étrange ces paroles échangées sur le parvis glacé de notre église ont finalement scellé le sens de Noël pour moi, cette année. L’imprévu arrive, certes. Mais il dépend de nous qu’il n’ait pas eu le dernier mot. Nous avons tout de même célébré la messe, nous avons tout de même dîné ensemble, et nous avons même pu échanger nos vœux avec des fidèles attendus et inattendus. Et ce fut un beau Noël.

Ce qui nous a permis de tenir le cap est clair : la prière et le soutien de la vie commune, avec un brin d’inventivité. La solidarité entre les frères de ma communauté, et la persévérance dans le lien avec le Seigneur. Voilà deux atouts qui sont loin d’être réservés à des religieux. En 2021, le Seigneur nous appelle plus que jamais à compter sur les liens fraternels et solidaires entre nous, et sur la confiance en lui, pour accueillir l’imprévu et le transformer en grâces.

2021 sortira de l’ordinaire, faut-il vraiment s’en plaindre ?

Fr Franck Dubois 

Conseiller spirituel équipe EDC Saverne – religieux dominicain à Strasbourg