Questions des entrepreneurs chrétiens

Comment gérer un changement de technologie dans mon entreprise ?

L’omniprésence et la puissance actuelle des nouvelles technologies provoquent espoir et inquiétude. De fait, dans les entreprises, les machines et les hommes sont en tension. Ces tensions ne sont pas toujours reconnues et traitées comme telles. Pourtant elles existent bien. Sans chercher à creuser le sujet comme le font aujourd’hui de nombreuses études ou colloques, nous pouvons nous interroger sur la façon de traiter au mieux le sujet dans nos entreprises.

Sommaire

    Nous pouvons nous interroger sur la façon de traiter au mieux le rapport entre les nouvelles technologies et les personnes dans nos entreprises.

    Les robots ont d’abord un rôle positif dans les entreprises :

    • Libérer les collaborateurs de tâches pénibles notamment les tâches fatigantes et répétitives.
    • Développer la productivité : il faut dix fois moins d’efforts pour produire la même valeur qu’il y a cinquante ans.
    • Réaliser des tâches plus complexes comme les robots médicaux.
    • Transformer notre façon de faire en nous permettant de faire des choses que nous ne pourrions pas faire sans eux. Les robots de traduction, par exemple, préparent le travail de l’interprète, les outils de diagnostics simplifient la tâche des garagistes…

    Mais les nouvelles technologies provoquent aussi de nombreuses craintes et présentent des risques :

    • La disparition du travail. Selon les études, 10 à 45% des emplois vont être impactés dans les années à venir par le développement des robots. Sans doute seront ils remplacés par d’autres emplois mais, dans l’attente, les personnes concernées peuvent légitimement être angoissées. Trouveront-elles une place ?
    • L’appauvrissement du travail. Ainsi le « voice picking » méthode qui consiste à faire calculer par des machines les déplacements des personnes en leur indiquant les meilleurs trajets. Par exemple dans un entrepôt, la machine donne des ordres au magasinier : « Va à gauche, tout droit, à droite… ». La marge de liberté est vraiment limitée.
    • L’interconnexion permanente, créant un état de dépendance des collaborateurs. Les bugs informatiques sont l’occasion de mettre en évidence cet état de dépendance et la disparition de certaines compétences.
    • L’affaiblissement des relations humaines. Chacun préférerait être avec son robot plutôt qu’avec ses collègues, clients ou fournisseurs. En effet, les robots sont gentils, efficaces. Ils ne nous contredisent pas et font ce qu’on leur dit. Cela conduit parfois à les traiter comme des humains.
    • La perte de la maîtrise et le risque d’être comme « dominé par les machines ». Ainsi Stephen Hawking dans un entretien à la BBC faisait part de son inquiétude : « L’Intelligence Artificielle pourrait finir par devenir autonome et, très vite, les humains limités par la lenteur de leurs évolutions biologiques pourraient ne pas suivre ». Provoquante, la question de la maîtrise de nos entreprises est posée.

    Certaines entreprises peuvent décider de robotiser leur activité pour ne pas disparaître.

    Même dans ces situations, dont les conséquences peuvent être dramatiques pour certains collaborateurs, le dirigeant peut faire des choix qui permettent de préserver au mieux le fonctionnement interne de l’entreprise. Dans beaucoup de cas, la robotisation est une opportunité économique. Elle peut aussi être une opportunité pour la dignité des personnes. Cela dépend de la façon dont ont fait les choses.

    Les dirigeants pourront réfléchir à :

    • Faire que la recherche de l’amélioration de l’offre ou de la productivité, soit aussi l’occasion de repenser le fonctionnement de l’entreprise.
      Il s’agit notamment de s’interroger à propos de :

      • l’autonomie et la capacité des collaborateurs à prendre du recul. Sur ce point, les robots collaboratifs ouvrent de grandes possibilités.
      • l’organisation de l’entreprise et la façon dont les décisions sont prises. Ainsi les nouvelles technologies développées dans les mini-usines facilitent la subsidiarité. Elles permettent de créer des petites séries à coût compétitif.
      • le développement des relations notamment avec les clients. Faut-il que ce soit les collaborateurs qui s’occupent des clients ou les robots eux-mêmes ? Comment développer les dimensions émotionnelles ?
    • Veiller à développer les collaborateurs. L’automatisation d’une entreprise s’accompagne souvent d’un besoin de compétences différentes, mais plus fortes, à la fois techniques mais aussi comportementales. Comment aider les collaborateurs à se développer pour être prêts à prendre ce virage ?

    Source : Cahier des EDC La dignité de l’homme au coeur de l’entreprise

    Témoignages

    Eclairages

    Eclairages de fond

    Un robot est profondément différent d'une personne humaine
    Un robot est profondément différent d’un humain

    Le robot ne travaille pas, il produit. Il n’apprend pas comme un homme. Il n’a pas de conscience et n’a pas la capacité d’imaginer. Il n’a pas de corps…

    12543
    Qu'est-ce que l'intelligence artificielle ? [vidéo]
    Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ? [vidéo]

    L’intelligence artificiel fait partie intégrante de notre quotidien : pensons aux ordinateurs ou aux machines servant à couper les pommes de terre en frites. A différents niveaux, nous cohabitons avec des machines capables d’apprendre et de nous suppléer dans certaines tâches.

    12549
    L’explosion des capacités d’information transforme-t-elle notre rapport à la réalité ?
    L’explosion des capacités d’information transforme-t-elle notre rapport à la réalité ?

    L’évolution de la technologie transforme la façon dont on accède aux données. Si elle concerne moins directement la façon dont on produit la connaissance elle-même, elle modifie profondément notre façon de réfléchir et de connaître.

    11515
    Le point de vue de l'Eglise vis-à-vis de la technique
    Le point de vue de l’Eglise vis-à-vis de la technique

    Quelques textes récents de la Doctrine sociale de l’Église sur la technique montrent que le progrès technique est inhérent à l’activité humaine.

    10971
    Comment la mise en réseau et l'interconnexion des personnes peuvent-ils faciliter la coopération et la qualité des relations ?
    Comment la mise en réseau et l’interconnexion des personnes peuvent-ils faciliter la coopération et la qualité des relations ?

    La qualité et la vitesse de la communication au sein des équipes, avec les clients et l’environnement sont des facteurs de performance des entreprises. En permettant le partage immédiat de la connaissance, en facilitant l’émergence d’organisations décentralisées, les techniques de communication modernes sont devenues des outils indispensables. Elles sont aujourd’hui au cœur de l’organisation et des processus des entreprises.

    11525

    Eclairages spirituels

    Prière du Pape François pour la 52e Journée mondiale des Communication sociales
    Prière du Pape François à l’occasion de la 52e Journée mondiale des communications sociales

    Seigneur, fais de nous des instruments de ta paix. Fais-nous reconnaitre le mal qui s’insinue dans une communication qui ne crée pas la communion. Rends-nous capables d’ôter le venin de nos jugements…

    12555

    Reportage en entreprise

    Réfléchir en équipe EDC et partager nos expériences
    • En quoi est-ce que je peux profiter de l’automatisation, de la robotisation ou plus largement de toute évolution technologique pour renforcer le sens dans mon entreprise ?
    • Comment est-ce que je peux en profiter pour améliorer la dimension humaine de l’entreprise ?
    • Comment est-ce que je garde le contrôle de ce que nous faisons ? Qu’est-ce qui pourrait m’échapper ?
    • Comment est-ce que j’aide mes collaborateurs à évoluer ? Est-ce que cela les grandit ? développe leurs relations, leur autonomie et leur capacité créative ?
    • Comment développer intégralement l’homme grâce aux progrès techniques ? Veillons-nous assez à valoriser les capacités créatrices, les capacités relationnelles de chacun, que ne remplace pas la technique ?
    • Comment mettons-nous cette technologie au service d’un mieux-être et d’un plus grand développement intégral de chacun ?
    Les autres questions sur le thème