Eclairage de fond

Tribune de Yann de Saint Vaulry : « Contrats en alternance, trop chers pour l’entreprise »

Publié le 30/06/2016

En dix ans, les contrats d’apprentissage ou en alternance ont poussé plus vite que les champignons. Quelques détails : un jeune entre dans la vie active, ne souhaite pas financer ses études et… va toucher un salaire net supérieur au SMIC sur un équivalent temps plein.

 
Non, vous ne rêvez pas ! Un étudiant de 22 ans peut ainsi travailler un ou deux ans dans la même entreprise, à mi-temps ou deux semaines sur trois, et toucher 1 100 euros net, avec les mêmes congés que ses collègues de bureau et presque les mêmes avantages. C’est le miracle français ! L’entreprise va financer les études de l’heureux gagnant, entre 4 000 et 12 000 euros par an suivant le cursus choisi. En revanche, que les entreprises fassent preuve de patience pour trouver des stagiaires longue durée. La denrée étant devenue bien rare.

Notre rôle est bien entendu de permettre à tous les jeunes de découvrir la vie professionnelle pendant ces périodes d’intermittence. Chers organismes sociaux, chers gouvernants, baissez le coût de ces apprentis car pour ma part, j’ai décidé d’arrêter les contrats en alternance en raison de leur coût trop élevés et de l’impossibilité, le plus souvent, de recruter à la fin de la période. Une amie de la famille, la jeune Sarah, cherche depuis cinq mois ce type de contrat. En vain. Comme la moitié de sa promotion en Bachelor marketing, elle ne trouve pas d’entreprise sponsor.

 

Écoles, envoyez-nous donc de vrais stagiaires, non surtaxés. Nous les aiderons à entrer dans la vie professionnelle dans les meilleures conditions.

 

Yann de Saint Vaulry,
membre de la commission Repères