Eclairage spirituel

Le billet du conseiller spirituel national : Le regard de Jésus nous préserve

Publié le 06/11/2017

Parmi les nombreuses rencontres de Jésus, on oublie souvent un détail… Quel regard portait-t-il sur ceux et celles qui venaient à lui ? Dans les Evangiles, ses paroles et ses gestes sont bien rapportés mais prête-t-on assez d’attention à la façon dont Jésus accueillait chacun par un regard ? Son silence exprimait souvent un sentiment profond qui le conduisait à percevoir rapidement ce qui habitait le cœur de ces personnes si différentes mais toutes dotées d’une égale dignité à ses yeux.

Qu’il parle ou qu’il agisse dans le silence, qu’il rabroue ou qu’il calme la réticence de ses apôtres, qu’il interroge ou qu’il approuve la démarche de ceux qui s’approchaient, Jésus voyait, sentait, appréciait et réagissait… On aurait envie de voir avec ses yeux pour partager le plus intime et surtout pour déceler ainsi les sentiments qu’il éprouvait envers chacun : les pleurs à la mort de Lazare, la tristesse de voir s’éloigner le jeune homme riche, l’admiration devant la foi du centurion, la compassion envers le paralytique, l’affection suite au geste si délicat de la femme pècheresse … En un mot, apprendre à regarder l’autre comme Jésus avec humanité, espérance et charité.

Hommes et femmes en responsabilité professionnelle, nous avons tous un cœur qui nous conduit à regarder nos interlocuteurs le plus souvent avec la bonne disposition de l’hôte intérieur que nous habite. Voir, en chaque personne rencontrée, le Christ qui vient à nous.

P.Vincent Cabanac,
Assomptionniste
Conseiller spirituel national

 

« Si nous pouvions avoir un regard plus pur et plus parfait, nous découvririons peut-être que le Père n’est autre que son acte de montrer et que le Fils n’est autre que son acte de voir »

(St Augustin, Traité sur l’évangile de Jean, 23, 11)