1598
Comment contribuer au bien commun dans mon entreprise ?

La finalité d’un dirigeant, c’est de faire avancer son entreprise et tout le monde avec. L’entreprise c’est une communauté humaine. Comment orienter son entreprise pour le bien commun ? Le fonctionnement de l’entreprise doit être respectueux de la communauté humaine qu’elle constitue pour se développer. Sa contribution au bien commun est d’assurer son propre développement, c’est-à-dire l’emploi, soit direct, soit indirect.

1593
Comment orienter l’activité de mon entreprise vers le bien commun ?

Du fait de sa nature sociale mettant en relation des hommes et des femmes, il est naturel que chaque entreprise soit appelée à contribuer au bien commun, et ce à deux niveaux. Le premier est celui de la société dans laquelle l’entreprise s’insère. Le second est celui de chaque entreprise.

1505
Savoir déléguer : comment vivre la subsidiarité ?

La délégation est un acte de management par lequel l’autorité de chaque niveau hiérarchique répartit certains de ses pouvoirs et de ses responsabilités. La subsidiarité demande à l’autorité de reconnaître, protéger et développer les pouvoirs et les responsabilités qui appartiennent aux entités inférieures.

1337
Epanouissement au travail : quel mode de management ?

Le principe de subsidiarité suppose une considération pleine et entière du bien de l’autre et vise ainsi à son développement intégral. C’est pourquoi ce principe doit guider le management du dirigeant chrétien.

1082
Solidarité

L’homme ne vit pas seul. Il doit se reconnaître dépendant de Dieu, d’abord, qui lui a donné « la vie, la croissance et l’être », des autres ensuite, car il est créé en relation avec les autres hommes, sa mère en premier lieu pour le petit d’homme, si démuni à la naissance, son père et sa famille qui le protègent et l’éduquent, puis la société qui l’entoure, et au-delà avec toute l’humanité.

1058
Destination universelle des biens

Pour les chrétiens, « Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage de tous les hommes et de tous les peuples, en sorte que les biens de la création doivent équitablement affluer entre les mains de tous, selon la règle de la justice, inséparable de la charité » (Compendium § 171).

C’est la définition de la Destination universelle des biens, qui découle directement du Bien commun, pour permettre à tous les hommes de remplir leurs besoins fondamentaux et d’avoir ainsi la capacité d’atteindre au mieux leur perfection.

1056
Participation

Dans l’enseignement social chrétien, peut-être même encore davantage chez les protestants que chez les catholiques, la Participation est une conséquence directe de la Subsidiarité.

Cela signifie que ce principe, qui consiste à ce que chacun « apporte sa pierre » dans tous les domaines de la vie sociale, est profondément ancré dans les principes qui guident l’enseignement des églises, sur la reconnaissance de la Dignité et de la Liberté qui donnent la capacité d’agir à tout homme.

1054
Dignité

« L’Eglise voit dans l’homme, dans chaque homme, l’image vivante de Dieu lui-même ; image qui trouve et est appelée à retrouver toujours plus profondément sa pleine explication dans le mystère du Christ, Image parfaite de Dieu, Révélateur de Dieu à l’homme et de l’homme à lui-même. »

1052
Bien commun

Pour les EDC, donner un sens à son action dans l’entreprise, à son engagement en tant que chrétien, suppose de connaître les fondements de la pensée sociale chrétienne (PSC), dont l’objectif final est la construction du « bien commun ». Cette notion essentielle est bien souvent ignorée ou mal comprise. Dans sa définition la plus répandue, le bien commun est cet « ensemble de conditions sociales qui permettent, tant aux groupes qu’à chacun de leurs membres, d’atteindre leur perfection d’une façon plus totale et plus aisée… »

813
Subsidiarité : la confiance me fait-elle renoncer à mon autorité ?

L’autorité peut devoir intervenir en suppléance dans deux situations très différentes. Dans la première, elle réalise des tâches que l’entité ou le collaborateur aidé devrait être capable d’assumer. Dans la seconde, elle remplit des rôles qu’elle est seule à pouvoir réaliser.