2589
Dirigeants chrétiens n°80 – Le bien commun, impact sur le monde

Le bien commun est une notion souvent ignorée ou mal comprise. Il est donc primordial de l’expliquer et de s’interroger sur sa mise en oeuvre concrète. Rechercher le bien commun pour son entreprise consiste à la diriger, l’organiser et l’animer de façon à ce qu’elle tende « vers sa perfection », et participe, par son comportement, ainsi à la construction d’un monde plus humain. Les implications liées aux relations à l’intérieur de l’entreprise et avec les parties prenantes seront développées dans un prochain numéro.

1129
Dirigeants chrétiens n°79 – Oser la subsidiarité

La pensée sociale chrétienne (PSC) est une véritable langue vivante pour les EDC. En faisant de la dignité humaine un fondement, en multipliant les initiatives de suppléance, les chrétiens donnent voix à un principe vertueux.

3755
Dirigeants chrétiens n°78 – 31ème Assises nationales à Lille

Plus de 2 300 personnes sont arrivées de toute la France, vendredi 11 mars 2016 au matin, au Grand Palais de Lille pour les trois journées des Assises nationales des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens. Trois jours de prière, de partage, de débats et d’écoute. Trois jours pour se retrouver, se laisser déranger par la pensée sociale chrétienne mais aussi accueillir l’autre : les jeunes talents, les chrétiens du Moyen Orient… L’équipe régionale Nord-Pas-de-Calais, les groupes Thème, Démarche et Organisation ont remarquablement préparé ces Assises, où les EDC n’avaient jamais été aussi nombreux

2622
Dirigeants chrétiens n°76 – Dirigeant & Dérangeant, Vers les Assises 2016

« J’aime quand les hommes se rencontrent, se réunissent… et qu’ils aient un rêve commun », chantait Jacques Brel, homme du Nord, poète et dérangeant. D’autres hommes et femmes du Nord ont su innover, bousculer leur temps : des chercheurs comme Louis Pasteur, des hommes politiques comme le général de Gaulle et, bien sûr, des entrepreneurs comme Léon Harmel, Émile Dognin ou Gérard Mulliez. Laïcs ou clercs, certains ont répondu au souffle de la doctrine sociale de l’Église qui a irrigué profondément cette région du Nord.
Le thème des Assises nationales des 11, 12 et 13 mars à Lille invite à l’audace, l’audace d’entreprendre en chrétien. « Venez vous ressourcer, vous regonfler, vous vivifier au souffle dérangeant du Nord », appelle Laurent Bataille, président des EDC.

3461
90 ans d’espérance (1926 – 2016) : Hors série de la revue Dirigeants chrétiens

90 ans ! « 90 ans d’espérance 1926-2016 » tel est l’intitulé de ce hors-série de la revue Dirigeants Chrétiens, extrait d’un travail scientifique de longue haleine de plus de trois cent pages retraçant 90 ans d’activité de notre mouvement devenu aujourd’hui les EDC, les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens.

2637
Dirigeants chrétiens n°74 – Vers une écologie intégrale ?

L’année 2015 est fortement marquée par la thématique écologique, en France comme à l’international, de la parution en juin de Laudato si’, encyclique du pape François qui invite l’Église et toute l’humanité à une vraie révision de vie sur le devenir de « notre maison commune » jusqu’à la COP 21 (21e Conférence des parties de la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques) en décembre. Ces évènements donnent lieu à des initiatives de tous horizons.
Relever le défi climatique oblige aussi à relever un défi spirituel : de la conversion personnelle vers une « charité politique ». Vers l’écologie intégrale ?

2161
Dirigeants chrétiens n°73 – La cohésion sociale

« Cohésion » : propriété d’un ensemble dont toutes les parties sont solidaires (selon le Larousse). La cohésion sociale est un des passages obligés pour faire un groupe. Elle est au service du groupe et ne peut se réduire à l’interne de l’entreprise. L’entreprise est un lieu ouvert. Le sens de l’entreprise ne se limite pas à la production de richesses mais se déploie aussi dans l’idée qu’avoir une cohésion sociale apporte de la vie dans la fierté de produire ensemble.

4045
Dirigeants chrétiens n°71 – Assumer le risque

« Risque : éventualité d’un événement ne dépendant pas exclusivement de la volonté des parties et pouvant causer la perte d’un objet ou tout autre dommage » (Petit Robert).
Le risque se manifeste ainsi comme une limite objective que le monde peut opposer au désir d’autonomie, et l’on comprend en ce sens que tout l’effort de l’homme puisse tendre à éliminer le risque. Mettre l’homme à l’abri du risque n’est-elle pas une prétention démesurée qui vise à assurer à l’homme une autonomie parfaite, qui risque de se retourner contre lui dans la mesure même où, en voulant éviter tout risque, l’homme pourrait se couper du monde, d’un monde qui, pour être plein de risques, n’en est pas moins le lieu de toute liberté ? Dès lors, le propre de l’homme n’est-il pas de savoir prendre des risques ? Le risque qui apparaît d’abord sous la figure de l’adversité, ne serait-il pas, pour l’homme – et le chrétien – l’une des figures de l’altérité qu’il doit, comme telle, assumer ?

2647
Dirigeants chrétiens n°68 – Tous responsables

La responsabilité sociétale de l’entreprise (RSE) désigne les actions engagées par les entreprises pour appliquer à leur échelle les principes du développement durable. La RSE consiste à intégrer au modèle de développement purement économique les préoccupations environnementales et sociales, ou encore les interactions avec leurs parties prenantes (fournisseurs, clients, partenaires, consommateurs…). Il est fréquent d’entendre que la RSE trouve ses racines, au moins pour partie, dans la doctrine sociale de l’Église à travers l’encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII (1891), première encyclique à se pencher sur la question sociale.

2654
Dirigeants chrétiens n°67 – Financer l’entreprise

Par son activité, une entreprise est confrontée à divers besoins de financement. Elle doit acquérir des immobilisations (des machines, des locaux, etc.), financer la constitution de stocks, financer les délais de paiement consentis à ses clients et disposer à tout moment de ressources financières utilisables immédiatement pour faire face à ses dépenses quotidiennes de fonctionnement. De très nombreux modes de financement s’offrent à une société. Ne pas s’en tenir aux conséquences de la façon dont on a perverti le marché. Point de fatalité « méchante » en termes de financement. L’attitude face à l’argent n’est-elle pas une entité que chacun fait vivre selon ce qu’il est ?

123