Les relations entre les personnes constitutives du bien commun

Cette recherche d’idéal que constitue le bien commun demande un effort permanent d’ajustement entre le bien de chaque personne et le bien de la communauté. « Tout homme désire être heureux » mais l’homme n’est pas heureux seul. Sa recherche de bonheur passe par la qualité de ses relations avec les autres et avec la création. « Dieu l’a créé pour qu’il soit fils et frère. L’homme est fils et l’homme est frère ».

Doctrine sociale de l’Eglise : les structures de sainteté

« A la loi de la chute » selon laquelle « Une âme qui s’abaisse par le péché abaisse aussi l’Église et, d’une certaine façon, le monde entier » correspond une loi de l’élévation selon laquelle « une âme qui s’élève élève le monde ». Cette solidarité humaine dans la chute comme dans l’élévation se développe dans « le profond et magnifique mystère de la communion des saints ».

Comment développer mon sens du bien commun ?

On sera étonné de trouver dans cette réflexion sur le rôle du dirigeant le thème de la joie. Elle est pourtant à sa place dès l’instant que l’on s’intéresse au bien commun. L’homme est fait pour le bonheur. Le message évangélique des béatitudes décline ce thème comme pour en souligner l’importance et ceci vaut aussi dans la vie professionnelle.

Doctrine sociale de l’Eglise : bien commun et personne

Dans l’Encyclique Mit Brennender Sorge en 1937, le pape Pie XI rappelle avec force le fondement du bien commun, que les pouvoirs publics ne sauraient s’arroger : « … le véritable bien commun est déterminé et reconnu, en dernière analyse, par la nature de l’homme, qui équilibre harmonieusement droits personnels et obligations sociales, et par le but de la société, déterminé aussi par cette même nature humaine… Chacun, donnant et recevant tour à tour, doit faire valoir pour son bien et celui des autres…».

Doctrine sociale de l’Eglise : bien commun et communauté

Le premier acte de cette « Pensée Sociale Chrétienne » est l’Encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII en 1891, qui s’élève contre le socialisme qui pousse à « la haine jalouse des pauvres contre les riches », tout en prônant la justice des rémunérations et la liberté des travailleurs. Mais elle appelle déjà à porter le regard « encore plus haut », de façon à unir les deux classes « par les liens d’une véritable amitié ».

Le rôle des communautés intermédiaires dans le bien commun 

L’homme ne vit pas seul. Pour réaliser sa vie, il a besoin de communautés[1] qui lui apportent ce dont il a besoin. Ce sont sa famille, le quartier ou le village où il vit, l’entreprise où il travaille, les associations dans lequel il agit…. Ces communautés sont d’une grande diversité « De même, en effet, que la parfaite constitution du corps humain résulte de l’union et de l’assemblage des membres, qui n’ont ni les mêmes forces, ni les mêmes fonctions, (…) de même, au sein de la société humaine, se trouve une variété presque infinie de parties dissemblables ». Léon XIII, « Humanus genus ».

2327
Les vertus au service du bien commun

Les vertus sont nécessaires au développement du bien commun. Toutes y contribuent : la force comme la tempérance ou la prudence… Cependant deux d’entre elles sont plus systématiquement associées au développement du bien commun. En premier, le désir de justice qui vise à donner à chacun ce qui lui est dû. En second, la bienveillance qui est volonté de viser le bien et le bonheur d’autrui.

Réflexion sur l’éthique des affaires

Le monde des affaires est celui des entreprises dont le but n’est pas uniquement la production du profit mais sa pérennité comme communauté de personnes.

2191
Le salarié acteur de l’entreprise

Texte d’une conférence de Nicolas Masson donnée aux membres EDC sur le salarié en tant qu’acteur de l’entreprise.

Doctrine sociale de l’Eglise : les structures de péché comme frein au bien commun

Les structures de péché sont le résultat d’une accumulation de péchés personnels sociaux ou non. Cette accumulation crée à la longue des faits de société qui par leur influence créeront une vraie disposition aux péchés personnels.

<<...8910...>>