Article de la revue

Une nouvelle vision pour l’UNIAPAC

Publié le 01/03/2018

Devenir bâtisseurs de bien commun et promoteurs d’un nouvel humanisme du travail, tel est le cap fixé par Rolando Medeiros, nouveau président de l’Uniapac International.

Rolando Medeiros est un chef d’entreprise chilien avec une grande expérience dans plusieurs secteurs d’activité (fabrication métallurgique et industrielle, pétrole et gaz, production et distribution d’énergie…) qui l’a conduit a exercé en Amérique latine, aux États- Unis et en Chine. Il est Pdg d’Elecmetal S.A., holding internationale établie au Chili, et de ME Global Inc., société américaine. Ancien président de l’Usec (les dirigeants chrétiens du Chili), il est depuis juillet 2017 le président de l’Uniapac International.

J’ai la profonde conviction qu’il est plus que jamais l’heure pour nos associations de contribuer à relever les immenses défis de notre temps. En tant que dirigeants d’entreprise, notre but essentiel est de faire des affaires une «noble vocation » : œuvrer avec responsabilité pour le bien commun au travers des affaires, contribuer au développement intégral des hommes et des femmes qui évoluent au sein et autour de nos entreprises. Dans notre monde en crise de sens, cette idée d’une «noble vocation» est un cap inspirant et un moteur puissant. Et l’Uniapac International doit continuer à être une source d’inspiration et d’appui pour les dirigeants désireux d’embrasser cette voie, d’élargir la vision de leur rôle dans la société, de dépasser la quête de pro ts à court terme pour devenir des bâtisseurs de bien commun et des promoteurs d’un nouvel humanisme du travail.

Un compas moral

Nos associations doivent promouvoir les entreprises qui servent les vrais besoins des hommes. Encourager celles qui innovent pour devenir des acteurs plus responsables. Et faire reconnaître cette noble vocation d’entrepreneur par le reste des acteurs engagés de la société… Car l’entreprise reste encore trop souvent perçue comme une part du problème plutôt que comme une part de la solution. Et s’il y a certes des abus, il y a aussi souvent beaucoup de noblesse dans les affaires. La science, la technologie, le libre-échange et la démocratie nous ont permis d’atteindre des sommets de connaissance, de liberté, d’espérance de vie ou d’opulence. Mais ces avancées sont venues sans mode d’emploi, sans compas moral. Et si le XXIe siècle nous offre plus de choix que jamais, il nous laisse aussi avec bien peu de guides pour faire judicieusement ces choix. Le rôle de l’Uniapac International est d’aider les dirigeants d’entreprise à faire des choix porteurs de sens, à faire de la préoccupation pour le bien commun dans les affaires non pas une note de bas de page politiquement correcte mais un profond engagement.

Depuis 2010, grâce au Fonds Uniapac, l’Uniapac International a pu se consacrer à cette mission auprès de sa vaste communauté de dirigeants chrétiens désireux de faire de leur métier une “noble vocation”. Partageant sa vision, le Fonds lui a apporté un réservoir d’idées nouvelles à déployer auprès de ses membres, un organe de représentation auprès de partenaires internationaux ainsi qu’un solide soutien financier et opérationnel dans le développement de son réseau, de sa capacité de formation ou pour la mise en place des projets de ses membres dans chaque région du monde. Autant de supports pour que chacun puisse trouver un appui dans sa transformation personnelle et professionnelle, dans la poursuite de sa noble vocation.

Rolando Medeiros, président de l’Uniapac