Article de la revue

Liban : ouvrir l’emploi aux jeunes pour soutenir le pays

Publié le 30/12/2019

Faire face à la fuite des jeunes : le témoignage de Joe Hatem

Au pays du Cèdre, les Chrétiens représentent aujourd’hui le tiers de la population. L’association EDC Liban a été fondée par Raymond Sfeir, dirigeant libanais installé à Paris et membre des EDC en France, alors soucieux de proposer aux dirigeants chrétiens de Beyrouth un vrai lieu de partage dans la foi. Rencontre avec Joe Hatem, patron de Profiles Software et actuel président des EDC du Liban. 

En 1979, jeune ingénieur de production en assemblage aéronautique et automobile diplômé à Tarbes, Joe Hatem s’est trouvé confronté à plusieurs choix : « rester en France, rejoindre Boeing aux Etats-Unis ou rentrer au Liban… où ne sont produits ni voitures, ni avions ! » C’était l’époque des premiers ordinateurs pour les particuliers et Joe s’est lancé : « Le Liban était en pleine guerre dite « civile ». Je suis allé en Grèce où mon père travaillait et y suis resté jusqu’en 1982 avant de rentrer au Liban, mon ordinateur sous le bras. Les Phéniciens ont toujours été de grands commerçants, j’ai donc lancé une entreprise de développement de logiciels de gestion avec un associé et une assistante. » La motivation de Joe ? Pouvoir offrir des emplois aux jeunes Libanais. 

 

Aujourd’hui, Profiles Software compte 26 personnes et gère, à partir de Beyrouth, une clientèle de la diaspora libanaise établie notamment en Afrique. Quelles perspectives pour les EDC Liban ? « Mes clients qui sont chefs d’entreprise me confient souvent leurs problèmes. C’est l’occasion de donner un témoignage de dirigeant chrétien et de faire venir de nouveaux membres ». 

Propos recueillis Cécile Labrousse 

 Extrait de la revue Dirigeants Chrétiens n°94.