Article de la revue

Dirigeants Chrétiens n°103 – Télétravail : quel discernement pour le dirigeant ?

Publié le 25/09/2020

Travailler et prier ?

 

Pas un jour sans un nouvel article de presse, un nouveau sondage sur le télétravail. Avec le confinement, cette pratique s’est répandue au point que près de quatre employés sur dix télétravaillaient en avril 2020.

Alors le télétravail : panacée pour les cadres ? Horreur pour les familles petitement logées ? Situation rêvée qui favorise autonomie, concentration et rentabilité ? Cauchemar des créatifs ? Cache misère pour des salariés épuisés par des trajets toujours plus longs ? Paradis du retour à la vie au vert ? Les arguments des partisans et détracteurs fusent en tous sens.

Ce dossier invite à poser un regard chrétien sur cette pratique et, au-delà des débats qu’elle suscite, propose des éléments de discernement pour remettre l’Homme au centre, en veillant à ne pas laisser les plus fragiles au bord de la route.

 

 

 


Entretien croisé

Le bien commun comme critère de discernement

Après une période de généralisation du télétravail pendant le confinement, cette pratique semble s’installer dans la durée. Les avantages qu’elle offre semblent importants, tout comme les inconvénients qu’elle entraîne. Le télétravail soulève ainsi de nombreuses questions qui nécessitent un discernement pour le dirigeant. Quel discernement technique, économique d’abord ? Et quel discernement éthique ? Comment la pensée sociale chrétienne peut-elle nous éclairer ? Quelle relation avec l’autre dans le télétravail ? Comment concilier télétravail et vie privée, vie familiale ? Comment inclure les jeunes ? Les plus fragiles ? Le père Pascal-André Dumont et Cyril de Quéral partagent leurs questionnements et leur expérience.

 

Cyril de Quéral,
CEO de Powell Software
et vice-président des EDC

 

Père Pascal-André Dumont,
économe général
de la communauté Saint- Martin,
président de la sicav Proclero
et de Pro Persona,
conseiller spirituel
de la commission
Économie et finance éthiques
des EDC .


 Témoignage

Trouver le bon équilibre

(c) L'Oréal

Rémi Lugagne, DRH L’Oréal Asie – Pacifique, membre de l’équipe EDC Hong-Kong

Chez L’Oréal, le télétravail est en place depuis près de 20 ans, mais dans le contexte de la pandémie, nous sommes passés à du télétravail plus long et systématique, pour tout le monde. Grâce à la technologie, cela s’est fait naturellement et la disruption sur nos affaires a été minime, contrairement à la crise de Fukushima il y a dix ans, où nous avions dû fermer complètement nos bureaux.

Aujourd’hui, le télétravail est incontournable, reste à trouver le bon équilibre. La pratique apporte une grande flexibilité aux collaborateurs comme à l’entreprise, et est adaptée à nos styles de vie modernes. Mais il y a aussi des risques forts de délitement du lien social et du sentiment d’appartenance à l’entreprise. Cela pose aussi des problèmes d’égalité et d’équité, car tout le monde n’a pas forcément de bonnes conditions de travail à la maison.

Dans l’entreprise aussi, cela peut créer des tensions car certains métiers réclament une présence physique indispensable. Enfin, on perd tous les moments d’échanges informels comme ceux autour de la machine à café, pouvant paraître anecdotiques mais qui sont pourtant essentiels pour la cohésion de l’entreprise et la créativité.

 

 


Regard d’un conseiller spirituel

Le télétravail à la lumière de la pensée sociale chrétienne

Le Père Xavier Grillon est conseiller spirituel régional de la région EDC Auvergne-Rhône-Alpes.

Ces dernières années, le télétravail est devenu un sujet récurent d’organisation de l’entreprise, avec ses défenseurs et ses détracteurs, comme le montrent les sondages et les articles de ce dossier.

En mars 2020 avec la pandémie et le confinement, le télétravail s’est imposé comme une chance de survie de l’entreprise. L’approche a donc radicalement changé. Les opportunités sont apparues plus clairement : souplesse du travail à distance, confort pour le salarié avec la réduction du transport et la liberté de l’aménagement du temps de travail, réduction des coûts…

Pour autant, des questions demeurent : comment distinguer vie privée et vie professionnelle à la maison ? Comment bien travailler en équipe à distance ? Comment assurer l’égalité des conditions de travail entre salariés ? (…)

 


Billet du conseiller spirituel national

La permaculture du travail et de la famille

Père Vincent Cabanac, assomptionniste, conseiller spirituel national des EDC

Pour Saint Paul, « nous travaillons à l’œuvre de Dieu et vous êtes le champ que Dieu cultive, la maison qu’il construit » (1 Co 3, 9). Voici un appel à organiser notre vie et notre travail, bien unis en famille comme en entreprise.

()