Actualité des EDC

Quelle place pour le travail dans nos vies ? – Veillée de prière et de partage pour le travail

Publié le 05/05/2017

LE 1ER MAI 2017 : DE 20 H A 23 H – EGLISE SAINT ROMAIN – ROUEN

Le 1er mai, c’est la traditionnelle fête du Travail.

Mais cette journée n’a pas pour tous, le goût de la joie et de l’Espérance.

Que signifie célébrer le Travail lorsque le chômage vient détruire de familles ou au contraire lorsqu’il est vécu comme une charge trop lourde ?

orateur de la veillée du 1er maiPourtant, le travail fait partie intégrante de la vocation de l’homme, comme un don de Dieu qui lui confère sa dignité.

Accompagné pour l’occasion d’autres mouvements (ACI et MCC), les équipes EDC de Rouen ont organisé une veillée de prière et de partage sur la place du travail dans nos vies.

En évoquant la vocation de l’homme pour le travail et sa nécessaire contribution à l’œuvre commune, l’objectif de cette soirée était, non seulement de rappeler l’enseignement social de l’Eglise, mais également d’entendre le témoignage parfois douloureux de ceux pour lequel le travail n’est pas toujours source d’épanouissement.

C’est par exemple l’histoire de Philippe qui, de licenciements successifs à une liquidation d’entreprise, connaît désormais la galère du chômage, mais reconnaît dans les traces laissés sur le sol de son chemin celles du Christ qui le porte chaque jour.

C’est aussi l’itinéraire de Bertrand, réfugié d’origine congolaise, passé par la Moldavie et aujourd’hui accompagné par la Pastorale des migrants et qui explique, sans haine ni colère, les discriminations qu’il subit dans la recherche d’un emploi.

Malgré tout, ces témoignages sont porteurs d’une Espérance, celle du travail essentiel à nos vies, comme  rappelé par notre pape François dans Laudato Si :

« Le travail est une nécessité, il fait partie du sens de la vie sur cette terre, chemin de maturation, de développement humain et de réalisation personnelle. 128»

A Rouen, le 1er mai 2017, ce fut l’occasion de rappeler cette vocation et de prendre date pour l’année prochaine.