Actualité des EDC

Lettre de l’UNIAPAC Europe aux responsables politiques européens et futurs Parlementaires européens

Publié le 06/05/2019

Dans la perspective des élections européennes, les principaux leaders de l’Uniapac Europe ont écrit fin avril aux candidats (cf. ci-dessous) pour les interpeller sur l’urgence d’un projet européen fondé sur la confiance et la dignité de l’homme. 

Appel à rechercher le cœur de l’Europe

L’Europe a largement atteint son but d’assurer la paix et le développement économique depuis 1945. La Dignité de la personne et la Subsidiarité sont – depuis le début – au cœur du projet européen.

Nous, chefs d’entreprises européens, nous appelons les responsables politiques européens et les futurs Parlementaires européens à continuer dans cette ligne. Sinon, l’Europe sera écrasée entre des géants économiques globaux et des comportements nationaux égoïstes, ce qui accroîtrait encore les inégalités sociales et économiques entre les personnes, les groupes, les régions et les nations.

A cette fin, nous voudrions que le futur programme européen soit fondé sur les bases suivantes :

La personne : en premier lieu, nous voulons rappeler la Dignité de tout être humain et sa Liberté fondamentale. Seule une Europe fondée sur cette base anthropologique et philosophique sera durable.

La famille : ainsi, deuxièmement, nous appelons à un soutien de la famille comme la plus petite cellule de base de la société et pour l’inclusion de nos jeunes dans leur société. La famille est le fondement de notre avenir commun en Europe.

La société : En troisième lieu, nous voulons rappeler la nécessité d’une Participation de tous les citoyens à la construction d’un nouveau modèle de Bien commun inclusif en Europe, rendant effectives tant la Subsidiarité que la Solidarité originelle européenne.

A cet effet, les candidats aux prochaines élections européennes devraient expliciter et détailler leurs efforts pour développer un projet européen cohérent, soutenable, lisible et clair. Un vrai débat démocratique est essentiel dans nos démocraties représentatives occidentales pour déterminer les futures alliances et les programmes européens proposés.

L’économie : quatrièmement, nous voulons réaffirmer notre détermination, en tant que chefs d’entreprises européens, à contribuer à un développement économique et social durable. Nous pensons que le capitalisme, régulé par des mécanismes démocratiques de prises de décisions et recherchant un équilibre entre les différents intérêts sociaux, est le bon cadre pour le développement et la prospérité des entreprises. Nous sommes pleinement engagés à collaborer avec tous les acteurs de la société, comme nous y appelle le pape François dans Laudato Si’. A cette fin, nous émettons le souhait que la responsabilité l’emporte sur l’assistanat, que l’unité prévale sur les divisions et que la coopération l’emporte sur la concurrence entre les Européens, afin de mettre l’Europe en position de défendre ses intérêts et d’assumer son rôle global dans le monde.

La réduction des inégalités : enfin nous n’oublions pas les responsabilités historiques de l’Europe dans les autres parties du monde, particulièrement dans les pays en développement, et nous voulons que l’Europe s’engage à servir le progrès humain, économique, environnemental et social partout dans le monde. Nous demandons une politique d’échanges équilibrés avec ces pays, appuyée sur des accords de commerce et de coopération ouverts et, si nécessaire, une aide au développement. Dans ces conditions, l’Europe sera capable d’intégrer les réfugiés ou migrants qui ont besoin de s’installer en Europe de façon permanente, en leur assurant des conditions de vie dignes à la hauteur de leur humanité et de leurs compétences.

Notre engagement : Nous nous engageons, en tant que chefs d’entreprises chrétiens, à faire vivre nos valeurs dans le cadre de l’Europe et à contribuer ensemble à la construction d’une Europe de paix, de prospérité et forte, à la lumière de nos racines chrétiennes communes et pour le Bien commun de toute l’humanité.

Laurent BATAILLE, Président UNIAPAC Europe ; Claude VERSTRAETE, Président ADIC-Belgique ; Philippe ROYER, Président EDC-France ; Ulrich HEMEL, Président BKU-Allemagne ; Jozsef TOTH, Vice-Président ERME-Hongrie ; Botond SZALMA, Président KERME-Hongrie ; Riccardo GHIDELLA, Président UCID-Italie ; Joe HATEM, Président EDC-Liban ; Ireneusz MARCZYK, Président PSChP-Pologne ; Joao Pedro TAVARES, Président ACEGE-Portugal ; Jozef VANCO, Maria VANCO, Présidents VENITE-Slovaquie ; Dr Drago RUDEL, Président ZKPS-Slovénie ; Luis de LARRAMENDI, Président ASE-Espagne.

13 janvier 2019