Actualité des EDC

Dimanche 12 avril – Chemin de Carême avec les EDC – Sainte et Joyeuse Pâques

Publié le 11/04/2020

En ce Jour, le Christ renaît à la vie, IL EST RESSUSCITE
Oui il est vraiment ressuscité.

Au terme de cette Semaine sainte,
Nous partageons cette joie.

Le Pasteur Guillaume de Clermont, Président de l’EPUdF en région Ouest à Tours et conseiller spirituel de la Région Centre Val de Loire,
nous fait entrer dans ce mystère de Pâques et nous accompagne dans la compréhension des Écritures.

Cette simple proposition de prière ne peut pas remplacer la communion fraternelle que nous aurions vécue en participant aux célébrations/cultes/Offices
au sein de nos communautés chrétiennes respectives.

Seul ou en famille, cherchons à nous porter les uns les autres,
particulièrement en ce moment de confrontation avec la souffrance, le désespoir, le doute.

Peut-être rejoindrons-nous notre communauté habituelle par les réseaux sociaux, en esprit, de cœur.
Si cela n’est pas possible nous choisirons une des multiples propositions

Du Jour du Seigneur (cliquer ici)
de KTO (cliquer ici)
du sanctuaire de Lourdes (cliquer ici)

Ou à partir des plates-formes

Regards Protestants (cliquer ici)
Protestants.org (cliquer ici)
Orthodoxie.com (cliquer ici)
Eglise.catholique (cliquer ici)

Aujourd’hui, nous portons dans notre prière
Ceux qui naissent à la foi et qui auraient dû être baptisés en ce jour de Pâques.


Psaume 23 

1. Le SEIGNEUR est mon berger,
je ne manque de rien.

2. Sur de frais herbages, il me fait coucher ;
près des eaux du repos, il me mène,

3. il me ranime.
Il me conduit par les bons sentiers,
pour l’honneur de son nom.

4. Même si je marche dans un ravin d’ombre et de mort,
je ne crains aucun mal, car tu es avec moi ;
ton bâton, ton appui, voilà qui me rassure.

5. Devant moi tu dresses une table,
face à mes adversaires.
Tu parfumes d’huile ma tête,
ma coupe est enivrante.

6. Oui, bonheur et fidélité me poursuivent
tous les jours de ma vie,
et je reviendrai à la maison du SEIGNEUR,
pour de longs jours.


Chant

 

1. Torrents d’amour et de grâce,
Amour du Sauveur en croix!
A ce grand fleuve qui passe,
Je m’abandonne et je crois.

2. Ah! Que partout se répande
Ce fleuve à la grande voix;
Que tout l’univers entende
L’appel qui vient de la croix!

3. Je crois à ton sacrifice,
O Jésus, Agneau de Dieu,
Et couvert par ta justice,
J’entrerai dans le saint lieu.

4. Que toute âme condamnée
Pour qui tu versas ton sang,
Soit au Père ramenée
Par ton amour tout-puissant.

5. Je crois à ton sacrifice,
O Jésus, Agneau de Dieu,
Et couvert par ta justice,
J’entrerai dans le saint lieu.

6. Je crois à ton sacrifice,
O Jésus, Agneau de Dieu,
Et couvert par ta justice,
J’entrerai dans le saint lieu.


Évangile de Jésus-Christ selon St Jean (Jn 20, 1-9)

Le premier jour de la semaine, à l’aube, alors qu’il faisait encore sombre, Marie de Magdala se rend au tombeau et voit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court, rejoint Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé du tombeau le Seigneur, et nous ne savons pas où on l’a mis. » Alors Pierre sortit, ainsi que l’autre disciple, et ils allèrent au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. Il se penche et voit les bandelettes qui étaient posées là. Toutefois il n’entra pas. Arrive, à son tour, Simon-Pierre qui le suivait ; il entre dans le tombeau et considère les bandelettes posées là et le linge qui avait recouvert la tête ; celui-ci n’avait pas été déposé avec les bandelettes, mais il était roulé à part, dans un autre endroit. C’est alors que l’autre disciple, celui qui était arrivé le premier, entra à son tour dans le tombeau ; il vit et il crut. En effet, ils n’avaient pas encore compris l’Ecriture selon laquelle Jésus devait se relever d’entre les morts. Après quoi, les disciples s’en retournèrent chez eux.

(Lire aussi l’épître selon St Paul aux Colossiens (chap 3, 1-4)


Méditation

« Vous êtes ressuscités avec le Christ » (col 3,1)

Ce matin, nous ne pourrons pas sortir et courir pour proclamer au monde la résurrection du Seigneur. Peut-être pourrons-nous simplement ouvrir nos fenêtres ou sortir dans nos jardins pour crier vers le ciel « le Seigneur est ressuscité ! ». Et, qui sait ? Peut-être qu’un frère ou une sœur nous répondra « Il est vraiment ressuscité ! ». Le premier jour de la semaine à l’aube, Marie-Madeleine court parce que le tombeau est vide. Elle court jusqu’à Simon-Pierre et au disciple que Jésus aimait pour leur dire qu’elle ne sait pas où est le Seigneur. A leur tour, les deux disciples courent vers le tombeau. Et voyant les bandelettes, et le linge qui avait recouvert la tête du Seigneur, ils comprennent. Le disciple que Jésus aimait « voit et il croit ». Et ils s’en retournent chez eux.

Nous ne pourrons pas sortir dans le monde aujourd’hui : nous sommes confinés.

Alors laissons venir à nous Marie-Madeleine, Simon-Pierre et son compagnon. Écoutons-les nous dire : le tombeau est vide. Le Seigneur n’y est plus. Et souvenons-nous avec eux de l’Ecriture selon laquelle Jésus devait se relever d’entre les morts. Oui, le Christ est vivant, il est ressuscité.

En ce matin de Pâques, l’apôtre Paul nous rejoint aussi dans nos foyers.

Du fond de sa prison, privé de liberté et dans l’incapacité d’annoncer l’évangile, il écrit aux Colossiens : « Du moment que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez ce qui est en haut, là où se trouve le Christ, assis à la droite de Dieu » ; c’est en haut qu’est votre but, non sur la terre ».

En 2000 ans d’histoire la situation est inédite. Persécutions, guerres, épidémies, l’humanité a traversé bien des fléaux. Mais jamais tant de chrétiens dans le monde n’ont été au même moment confinés chez eux pour célébrer Pâques. Le paradoxe de la situation c’est que, ce faisant, le message de la résurrection prend tout son sens : chaque minute, chaque heure, chaque jour que nous passons derrière nos barrières sanitaires sont autant de terrain gagné sur la mort : la vie sera plus forte que la mort ! Nous le croyons et parce que nous le croyons, nous nous battrons pour que cela soit vrai. « C’est en haut qu’est notre but, non sur la terre ».

Notre horizon, c’est la vie telle que Dieu nous l’a donnée et telle qu’Il l’illumine par l’évangile. Une vie pleine et entière, une vie qui célèbre l’amour, une vie qui préserve la dignité de chaque créature de Dieu, une vie qui préserve la beauté de la création, une vie dans laquelle chacun doit savoir qu’il est, pour l’éternité, un enfant de Dieu quoiqu’il advienne.

 Qui nous séparera de l’amour de Dieu ? La détresse, l’angoisse, la persécution, la faim, le dénuement, le danger, le glaive ?… rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur (Rom 8, 35-39).

Oui, unis au Christ, nous le sommes dans la mort et dans la résurrection.

Aujourd’hui, avec le Christ ressuscité, nous sommes vivants et ressuscités !


Notre-Père