Actualité des EDC

🥁 Prix Philibert Vrau 2020 : découvrez les lauréats 📣

Publié le 11/01/2021

Chaque année, depuis 2014, le prix Philibert Vrau de la Fondation des Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens, en partenariat avec le journal La Croix, récompense des créateurs d’entreprises et des dirigeants animés par la pensée sociale chrétienne et engagés au service du bien commun.

Les lauréats 2020 relèvent le défi ambitieux de concilier avancée sociale et pérennité économique.

Les quatre lauréats sont choisis par le jury de la Fondation à partir de propositions venant de toutes les régions françaises.

Cette année, quatre entrepreneurs sont récompensés pour leur engagement au service d’une économie du bien commun.

En fonction des conditions sanitaires, une remise de prix aura lieu en semi-présentiel ou entièrement à distance dans les semaines à venir.


Audrey Cattoz – Prix Philibert Vrau 2020

(c) Dominique Cairon

Audrey Cattoz est présidente de KLS-Lunettes dans la région Lyonnaise. Elle propose une marque de lunettes sur-mesure basée sur la morpho-colorimétrie qui convient à chaque client. Audrey commercialisait des machines à outils auprès d’artisans avant de se lancer dans la création de lunettes uniques en leur genre. Elle a voulu perpétuer le savoir-faire des fabricants du Jura avec qui elle travaillait au quotidien. Sa démarche est aujourd’hui saluée par la Ville de Lyon qui lui a décerné le prix Lyon Ville équitable et durable. Elle se démarque par ses lunettes 100% personnalisées et ses montures 100 % made in France.  reçoit le Prix Philibert Vrau pour la justesse et la bonté avec laquelle elle travaille au quotidien chez KLS-Lunettes.

Saluée par ses pairs, co-équipiers et collaborateurs pour sa justesse et sa bonté, elle développe un modèle de mangement novateur qui permet d’intégrer ses salariés dans le processus de décision. Son credo « redonner du sens à la mode » rejoint celui qui est à la source de sa motivation et de son action : l’appel de l’Evangile pour un management bienveillant et un cœur de serviteur.

Pascal Lefebvre-Albaret, conseiller spirituel de l’équipe d’Audrey : « Jadis, quand j’allais chez l’opticien, on vérifiait ma vue en me faisant lire un tableau avec les lettres « M R T V F U … » mais dans le magasin de KLS lunettes ou Audrey Cattoz m’a accueilli, on lit « amour, joie, paix, patience… » : les fruits de l’Esprit Saint que saint Paul nous donne dans son épître aux Galates. « L’esprit », voilà ce qui caractérise la création de KLS. Suivant les cas, vous pourrez l’écrire avec un « e » minuscule ou un « E » majuscule car pour Audrey, l’action de l’Esprit Saint est à reconnaître partout où les gens qui ne le connaissent pas utilisent les mots « hasard » ou « coïncidence ».

  • Esprit de bien commun en choisissant résolument la fabrication made in France pour développer l’emploi local et en faisant participer les salariés aux décisions de l’entreprises.
  • Esprit d’abnégation, sans doute partagé avec son mari, quand il faut limiter ou supprimer son salaire pendant le temps nécessaire pour passer une crise comme par exemple  quand elle rachète un magasin et que le propriétaire « oublie » de lui signaler que des travaux boucheront la devanture pendant une année ou encore le crise du Covid.
  • Esprit d’amour quand il s’agit de considérer les client d’abord comme des personne à accueillir et à rencontrer plutôt que des portes-monnaies à alléger.
  • Esprit de patience quand il s’agit de rester zen dans les vents contraires, qu’ils soient liés à la famille ou à l’entreprise.
  • Esprit d’évangélisation pour parler librement de sa foi avec ses associés, son personnel, ses clients ou ses fournisseurs.

+ sur Audrey : visionnez son intervention au Congrès Mission, en partenariat avec les EDC « Dieu au boulot »Â 


Emmanuel Morel, prix du Jeune Dirigeant 2020

Emmanuel Morel est le co-fondateur d’Articonnex, une start-up incubée à Audencia-Nantes. Elevé dans une famille d’entrepreneurs, après 10 ans passés en entreprise en tant que contrôleur de gestion, Emmanuel se lance dans sa première aventure entrepreneuriale en créant un réseau de 12 micro-crèches : La Cabane des Bambins (voir notre article ici et dans DC n°94). En 2019, il revend pour fonder Articonnex avec deux artisans. L’entreprise propose des solutions de remise sur le marché des matériaux de second œuvre du bâtiment destiné à la benne et elle est aujourd’hui en pleine expansion.  C’est la première communauté de vente et de location entre artisans. Sa plateforme révolutionne la location de matériels pour les artisans, il propose aussi bien de la location d’ateliers et de machines portatives, que de l’accès au déstockage de coopératives ORCAB et de la vente de stocks d’artisans, de matériels revalorisés et réemployés.

Sa démarche écologique est fondée sur une économie circulaire et l’entraide : une valeur qui lui est chère. Homme de conviction, il affiche une confiance et une sérénité face aux aléas du quotidien qui font de lui un dirigeant à l’écoute et accessible. Cette plateforme de l’économie collaborative et circulaire permet de puiser dans le stock disponible des autres artisans et de profiter de déstockage de coopératives. L’objectif est de développer la coopération et les échanges entre artisans tout en favorisant les économies et la réduction des déchets.

+ sur le projet d’Emmanuel en suivant ce lien

Emmanuel Morel (2e en partant de la droite) avec son équipe sur le village du  Vendée Globe

 

 

 

L’équipe d’Emmanuel nous parle de lui : « Emmanuel mérite vraiment ce prix. Il se préoccupe beaucoup des autres, en particulier de ceux qui sont en situation de difficulté professionnelle, il est très à l’écoute, il ne perd pas une occasion de valoriser les talents autour de lui. Il témoigne d’une confiance sereine dans son projet, avec beaucoup d’humilité. Emmanuel est un entrepreneur dans l’âme (son papa était déjà entrepreneur : il est tombé dedans depuis qu’il est tout petit). Il agit par cohérence et construit des projets qui ont du sens : un sens écologique, fondé sur l’économie circulaire, l’entraide. il aime la co-construction, aime s’associer pour pouvoir bâtir une aventure à plusieurs et il sait s’entourer des personnes avec lesquelles il a plaisir à travailler. »

« Emmanuel sait prendre son temps pour que la mayonnaise prenne : il a confiance en ses convictions, elles le mènent toujours plus loin dans son projet.« 


Christine Roullée, Prix de l’Economie Sociale et Solidaire 2020

Christine Roullée est directrice de l’association Fringuette depuis 2013. Christine Roullée est juriste de formation. Après une carrière de plus de 25 ans dans la distribution de matériel dentaire, elle a fait le choix de se consacrer pleinement à l’insertion par l’activité économique. Après plusieurs années au sein du Conseil d’Administration de Fringuette, elle prend la direction en octobre 2013. Elle fut également un temps trésorière du réseau Tissons la Solidarité, association qui soutient aussi les personnes pour les accompagner sur le chemin du retour à l’emploi.

L’association Fringuette, reconnue d’utilité sociale, recrute des personnes en difficulté d’insertion sociale et professionnelle. Ce passage par l’association les aide à renouer avec le monde du travail. Son projet a aussi une mission écologique, l’association fournissant un service dans cinq villes de Gironde pour permettre de diminuer le coût de traitement des déchets ménagers et d’en limiter les impacts environnementaux grâce à des collectes et des tris de vêtements de seconde main remis en vente. Fringuette propose aussi un service de retouches couture de vêtements et de création de costumes historiques/déguisements en location.

L’association emploie 30 personnes en insertion. 

+ sur Fringuette en découvrant l’association

Marie-Pascale Payssé, présidente équipe Arcachon 2 : « Lorsque Christine nous a parlé de son rôle de Directrice Générale de l’Association Fringuette, alors qu’elle intégrait notre équipe EDC d’Arcachon en début d’année 2018, j’ai été frappée par son enthousiasme à présenter cette association d’utilité sociale comme une véritable entreprise orientée sur l’exigence du travail bien fait grâce au recrutement, à la formation, à l’accompagnement des salariés. La différence avec une entreprise « classique », c’est que les salariés en question sont des personnes en difficulté d’insertion sociale et professionnelle (demandeurs d’emploi de longue durée, bénéficiaires de minima sociaux, travailleurs handicapés, personnes « cabossées » par la vie) que le passage par l’association aide à renouer avec le monde du travail.

Christine décrivait son quotidien avec beaucoup d’émerveillement face aux progrès, à l’évolution, à la transformation des personnes accompagnées. Sa joie à rendre leur dignité aux individus était perceptible, même si elle ne nous a pas caché les difficultés d’une telle mission.« 


Laurent Delaby, prix du Bien Commun 2020

Laurent Delaby est directeur général du GHICL (Groupement des hôpitaux de l’Institut Catholique de Lille) depuis 2011. Le GHICL dispose de 1 000 lits ainsi qu’un groupe Ephad de 640 résidents et il regroupe près de 3 000 salariés. Laurent a fait ses études à l’IESEG qui fait partie du groupe de l’Institut Catholique de Lille. Après un service militaire en contrôle de gestion à l’Hôpital d’instruction des Armées de Saint Mandée, il rejoint le Groupement des hôpitaux de l’Institut Catholique de Lille en tant que Directeur Adjoint. En 2011, il devient Directeur général et rejoint en 2014 les Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens. Pour lui, « soigner passe par la relation ». Il met tout en œuvre pour que les personnes soignées soit accueillies et protégées, à commencer par les plus fragiles.

Il est décrit par ses collaborateurs comme un manager éclairé et humaniste. Il assume une vision chrétienne du rapport à l’autre en portant une attention particulière au bien commun et aux enjeux de société caractéristiques du catholicisme social. Il a su conduire remarquablement l’ensemble hospitalier qui lui est confié, en particulier durant la crise sanitaire du Covid-19.

+ sur les spécificités de « La Catho » de Lille : elle est la seule université privée associative de France à avoir une faculté de médecine et Maïeutique. Et pour ce faire, il faut avoir des établissements qui servent de support hospitalier pour continuer l’enseignement. Le GHICL a un modèle économique spécifique : tout en ne pratiquant aucun dépassement d’honoraire et ayant une vraie mission de service public, les finances restent équilibrées. Le GHICL est un acteur incontournable du tiers secteur, entre le public et le privé lucratif.

Thérèse Lebrun, président-recteur délégué santé sociale, université catholique de Lille : « Laurent Delaby est un vrai « patron », mais aussi un manager humble, éclairé, équilibré, à l’écoute, rigoureux et humaniste à la fois. Il assume ses convictions d’honnêteté, d’intégrité, d’attention aux plus précaires, dans une vision chrétienne du rapport à l’autre et aux autres, de la recherche de la vérité, de l’importance de la subsidiarité, de l’attention au bien commun et aux enjeux de société, et tout ceci en conduisant remarquablement l’ensemble hospitalier qui lui est confié. Or, on connaît les exigences et difficultés de la gestion hospitalière, notamment au cours de la dernière décennie.

Comme le dit à l’occasion Laurent Delaby, il convient de « prendre soin de la personne, prendre soin de son équipe, prendre soin de son hôpital ». »