De nos conseillers spirituels

De nos conseillers spirituels

Version imprimableEnvoyé par emailversion PDF

Trois mots en " C "

 

Je viens de participer au lancement d’une nouvelle équipe EDC et, à cette occasion, j’ai pris la parole pour partager ce que mon expérience en tant que conseiller spirituel m’avait apporté. Après réflexion, mon apprentissage au sein du mouvement m’a fait rencontrer trois mots en « C » qui résument bien ce que j’y ai vécu.
 

Conversion. J’ai croisé des gens qui veulent résolument suivre le Christ et mettre en conformité ce que Jésus enseigne et ce qu’ils vivent professionnellement et personnellement. Au-delà des contraintes, des aléas et des difficultés, ils suivent la trace du Seigneur et témoignent, là où ils sont, de ce qui les fait vivre. Le risque de suivre l’esprit du monde existe mais l’Esprit Saint indique toujours le chemin joyeux de la conversion.
 

Confiance. J’ai entendu un jour dans mon équipe la phrase suivante : « Il y a beaucoup d’endroits où l’on peut parler mais il y en a peu où l’on est écouté. » De fait, il me semble que les lieux où l’on peut expérimenter la confiance de Dieu à travers celle des frères sont peu nombreux et précieux. L’équipe proscrit tout jugement. Loin des phrases toutes faites, il s’y trouve la possibilité de sortir de la solitude du manager sans craindre le regard des pairs. Et puis, au fur et à mesure que l’on connaît ses co-équipiers, naît la bienveillance réciproque qui conforte l’espérance.
 

Communauté. Je reconnais que ce terme peut sembler fort quand on évoque la vie de nos équipes et pourtant c’est celui qui est utilisé pour décrire les premières communautés chrétiennes : « Ils étaient assidus à l’enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. » (Ac 2, 42) Ce que nous vivons n’est-il pas comparable à ce que vivaient les chrétiens des premiers temps dans un environnement hostile et alors qu’ils étaient minoritaires ? Des chrétiens doivent se cacher dans leur milieu professionnel. La parole du Christ y est souvent moquée ou méprisée. Dans ce contexte, les petites communautés EDC sont des lieux de communion où, par la prière et l’écoute, on grandit dans sa foi.
 

Je suis ainsi persuadé que c’est en mettant en commun nos joies, nos peines mais aussi nos fragilités et en partageant avec humilité la Parole de Dieu que, grâce aux EDC, nous porterons du fruit là où Dieu nous a envoyés.

Frère Emmanuel Baruteau,
conseiller spirituel de la région Ile-de-France Est